Affaire Bygmalion : l’autre affaire qui poursuit Nicolas Sarkozy

France

Publié le :

Le procès de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, accusé d’avoir financé illégalement sa campagne de l’élection présidentielle de 2012, reprend jeudi après avoir été ajourné en mars. Retour sur une affaire qui empoisonne l’ancien chef de l’État.

Publicité

Après un faux départ en mars, le procès de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bygmalion reprend jeudi 20 mai. L’ex-président français soupçonné de corruption et trafic d’influence encourt un an d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende. « Je me battrai jusqu’au bout pour que la vérité triomphe », affirmait l’ancien chef de l’État (2007-2011) peu après sa condamnation le 1er mars, en assurant : « je suis habitué à subir ce harcèlement depuis dix ans ».

Contrairement à ses 13 coprévenus – anciens cadres de Bygmalion et de l’UMP, experts-comptables – renvoyés notamment pour escroquerie ou complicité, M. Sarkozy n’est pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer les dépenses excessives de sa campagne, qu’avait révélé Jérôme Lavrilleux dans une surprenante confession télévisée en 2014.

Mais, selon l‘accusation, Nicolas Sarkozy a laissé filer les dépenses malgré plusieurs alertes claires sur les risques de dépassement de plafond et il a « incontestablement » bénéficié de la fraude qui lui a permis de disposer de « moyens bien supérieurs » à ce qu’autorisait la loi : au moins 42,8 millions au total, soit près du double du plafond légal à l’époque (22,5 millions d’euros). L’enquête n’a toutefois pas établi que le chef de l’État avait décidé de la mise en place du système, ni qu’il y avait participé ou même en avait été informé.

Retour sur les faits

L’affaire est révélée dans la presse le 27 février 2014. Le Point affirme qu’Event and Cie, filiale de la société de communication Bygmalion fondée par deux proches du président de l’UMP, aurait surfacturé au parti des prestations pendant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, empochant « au moins 8 millions d’euros » hors appel d’offres.

Face à ces révélations, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire le 5 mars. Les dirigeants de Bygmalion et de sa filiale, Guy Alves, Franck Attal et le comptable du groupe vont éclairer la justice. Ils reconnaissent avoir mis en place, à la demande de l’UMP, un système de fausses factures afin de déplacer les dépenses de campagne du candidat Sarkozy, plafonnées à un peu plus de 22 millions d’euros pour les candidats présents au second tour, vers les comptes du parti présidentiel.

Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy, se livre à son tour dans une étonnante interview, en mai 2014, où il éclate en sanglots. Ce proche de Jean-François Copé reconnaît sur BFMTV avoir participé à un système de double comptabilité et de fausses factures. Il est ensuite mis en examen, notamment pour complicité de financement illégal de campagne électorale, le 15 juin 2015.

Une campagne éclair

L’enquête a décrit une campagne qui se voulait d’abord « éclair » pour le président sortant – seuls une quinzaine de meetings prévus, dont trois ou quatre grands rassemblements. Mais la machine s’emballe : « moyens techniques les plus en pointe » pour la scène, le son et l’éclairage, « mise en scène grandiose et millimétrée » pour les grands meetings… les prix n’en finissent plus de grimper.

Et alors que les premières alertes de risques de dépassement tombent, le candidat demande au contraire qu’on accélère le rythme. Il y aura au total plus de 40 meetings. Une campagne « d’une rare densité », marquée par une succession « très rapide » des meetings et une « totale improvisation » des donneurs d’ordre, dit aussi l’accusation.

Pour éviter au candidat Sarkozy de devoir reconnaître publiquement que ses dépenses avaient dérivé « de manière spectaculaire », « avec les conséquences politiques et financières » qui s’en seraient suivies, il a été décidé de « purger » le compte de campagne, soutient l’accusation.

Grâce à un système de double facturation, le prix des meetings est drastiquement réduit et le reste est facturé à l’UMP, au nom de conventions fictives du parti.

Renvoyé pour escroquerie, le directeur de la campagne, Guillaume Lambert, assure lui que le système a été mis en place à son insu. Pour lui, « rien » dans le dossier ne montrerait d’ailleurs un lien avec la campagne – il privilégie la thèse de l’enrichissement personnel de dirigeants de Bygmalion.

« Personne n’a détourné d’argent »

« Objectivement, personne n’a détourné d’argent ou ne s’est enrichi dans cette affaire », a confié, lundi, Jérôme Lavrilleux dans un entretien au Courrier Picard. Aujourd’hui retiré de la vie politique, gérant des gîtes en Dordogne, il est le seul prévenu à assumer ses responsabilités.

Parmi les autres prévenus appelés à comparaître figurent également Franck Attal, Guy Alvès et Bastien Millot, dirigeants du groupe Bygmalion, Guillaume Lambert, directeur de la campagne de l’ex-président, et Éric Césari, directeur général de l’UMP. 

Jean-François Copé a lui bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire, et ne sera entendu que comme témoin. Il a fait savoir par son avocat Me Hervé Temime qu’il répondrait à « l’ensemble des questions » lors de son audition, prévue le 27 mai.

Entendu par la police sur ce dossier le 4 septembre 2015, Nicolas Sarkozy, au moment où il est président des Républicains (ex-UMP), qualifie de « farce » l’idée d’un dérapage financier de sa campagne présidentielle. Il « ne (met) pas en doute l’existence d’un système de fausses factures » entre l’UMP et Bygmalion, mais affirme que ni lui ni ses collaborateurs « n'(ont) pu en être informés ». Devant les enquêteurs, il indique continuer à se « demander où est passé l’argent », estimant que le prix moyen de ses meetings était « en ligne » avec ceux de son opposant François Hollande. Le procès doit durer jusqu’au 22 juin.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *