Auto/Moto – Victimes de violents accidents, Max Verstappen et Lance Stroll ont eu très chaud (vidéo)

SPORT

Chocs en stock, et pneumatiques en toc ? C’est la question qui est sur toutes les lèvres dans le paddock à Bakou ce dimanche après les deux accidents de Lance Stroll et Max Verstappen. Notamment celui du Néerlandais qui, à quatre boucles du drapeau à damier, avait la victoire quasi assurée jusqu’à ce qu’il en perde le contrôle en pleine ligne droite des stands. Immédiatement, les images étaient très claires : une crevaison du pneu arrière gauche de la Red Bull était la raison de ce crash. Furieux, le Néerlandais hurlait son dépit à la radio tandis que son patron, Christian Horner, ne mettait que quelques instants pour pointer du doigt le responsable Pirelli… La course, elle, était arrêtée avec un drapeau rouge pour permettre aux monoplaces de repartir avec des montures plus fraîches. Et donc moins dangereuses et susceptibles d’exploser en pleine ligne droite ? Possible. Mais il est aussi permis de croire que relancer le spectacle, même pour trois tours, est toujours mieux en termes d’audience que la sécurité…  

Lance Stroll, lui, aura connu un week-end agité à Bakou. Samedi, déjà, lors de la première étape des qualifications, le Canadien avait violemment percuté le mur se trouvant dans le virage 15, un endroit qui avait déjà surpris Charles Leclerc et Max Verstappen. Sans dégât autre que ceux constatés sur son Aston Martin, qui n’était pas au bout de ses peines en Azerbaïdjan… En effet, ce dimanche, lors de la course, la monoplace a de nouveau effectué une rencontre impromptue avec un mur, à un endroit pour le moins inattendu puisque l’impressionnant accident avait lieu en pleine ligne droite. Une erreur du pilote Canadien ? Rapidement, le ralenti lançait plutôt la piste d’un problème mécanique sur sa voiture, sur l’arrière, avec soit une crevaison, soit un problème de suspension. Quelle qu’en soit la raison, le choc, lui, était violent mais heureusement, après quelques longs instants immobilisé à bord de son Aston Martin, Stroll finissait par s’en extirper, sans le moindre problème apparent. Simplement la déception de ne pas pouvoir pu aller au bout d’un grand prix où il pointait en 4e position, avec des pneus usés cependant. La course, elle, était évidemment interrompue par l’intervention d’une voiture de sécurité pour permettre le nettoyage de la piste, jonchée de débris.    

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *