Basket – Un premier sacre pour Basket Landes avec Céline Dumerc

SPORT

Club fondé au début des années 2000, Basket Landes a gravi les échelons un à un, en participant une première fois à l’Euroligue cette saison après le renoncement de… Montpellier il y a un an à cause de la crise sanitaire et en raison des incertitudes économiques et financières. Les filles de Julie Barennes sont récompensées avec ce titre, à l’issue d’une saison passée quasiment exclusivement à huis clos en raison de la pandémie de Covid-19. Elles retrouveront l’Euroligue la saison prochaine, tout comme Montpellier qualifié grâce à son sacre en Coupe de France.

Dans une finale accrochée, Basket Landes a été lancé par son arrière française Valériane Vukosavljevic, qui a inscrit les 10 premiers points de son équipe (16 au final). Connue aussi sous son nom de jeune fille, Ayayi, elle décroche son quatrième titre de championne de France avec un quatrième club après Montpellier, Villeneuve d’Ascq et Bourges. Inusable à près de 39 ans (le 9 juillet), Céline Dumerc s’est une nouvelle fois montrée décisive: muette pendant 38 minutes, c’est elle qui a inscrit son premier (et seul) panier, un trois points qui a permis à Basket Landes de creuser un écart de sept points à moins de deux minutes de la fin (63-56, 38e).

«Au-delà de l’imaginable»

Les deux équipes ont alors échangé les tirs primés dans les deux dernières minutes, Vukosavljevic pour Basket Landes répondant à Migna Touré. Et c’est «Caps» qui a géré la dernière possession de balle, à quatorze secondes de la fin alors que le sacre était assuré, pour profiter un maximum de ces derniers instants, et son septième titre de championne de France (six avec Bourges dans les années 2000 et 2010).

«C’est barjot, c’est barjot !», a-t-elle lancé au milieu de ses coéquipières, alors que Les yeux d’Émilie retentissait en fond sonore musical dans le Prado de Bourges, hôte du Final 4 de la Ligue féminine ce week-end. «Je n’ai même pas de mots, c’est un truc de malade, c’est au-delà de l’imaginable», a commenté au micro de la chaîne L’Équipe la joueuse la plus capée de l’équipe de France de basket (262 sélections à sa retraite internationale en 2017) à la fin du match.

«Franchement je pense qu’il y a des équipes meilleures dans notre championnat, mais on avait un cœur énorme. Il y avait un truc cette année. C’est incroyable et je suis tellement fière»

Céline Dumerc

«J’en ai gagné des titres, mais celui-là, c’est le plus inattendu. Franchement je pense qu’il y a des équipes meilleures dans notre championnat, mais on avait un cœur énorme. Il y avait un truc cette année. C’est incroyable et je suis tellement fière», a-t-elle ajouté.

Alors qu’elle pensait en septembre 2020 commencer sa dernière saison comme basketteuse professionnelle, elle a finalement décidé de prolonger d’une sixième et ultime saison à Basket Landes, et pourra jouer l’Euroligue une dernière fois. Cette fois-ci, si la situation sanitaire le permet, elle fera découvrir au public de Mont-de-Marsan les folles soirées d’Euroligue, alors que pour cette saison en pleine pandémie de Covid-19, la phase de groupes de la C1 a été remodelée et Basket Landes n’a jamais joué à domicile.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *