Colombes, Séville, Marseille: mythes et légendes des France-Allemagne

SPORT

Avant un nouvel épisode mardi à l’Euro, l’histoire des France-Allemagne s’est forgée à travers des rencontres épiques, comme à Séville en 1982 ou à Marseille en 2016, et des moments plus tragiques.

But allemand, victoire française
15 mars 1931 à Colombes: France – Allemagne 1-0
Cette première rencontre entre les deux nations arrive tardivement. Et c’est un but allemand contre son camp, marqué par Reinhold Münzenberg sur un centre d’Edmond Delfour (15e), qui donne la victoire à la France.

Le record de Just Fontaine
Mondial-1958, match pour la 3e place – 28 juin 1958 à Göteborg (Suède): France – RFA 6-3
Les Bleus décrochent la médaille de bronze face aux champions du monde en titre. Just Fontaine inscrit un quadruplé qui lui permet de détrôner le Hongrois Sandor Kocsis et ses 11 buts: «Justo» porte à 13 le record de buts en une Coupe du monde, inégalé depuis.

La loi du «Kaiser »
25 septembre 1967 à Berlin: RFA – France 5-1
Les Français, éliminés l’année précédente au premier tour du Mondial-1966, touchent le fond face aux Allemands du «Kaiser» Franz Beckenbauer, surtout en seconde période, avec quatre buts encaissés, dont un du jeune Gerd Müller.

Une victoire pour le prestige
23 février 1977 à Paris (Parc des Princes), France – RFA 1-0
La jeune génération Platini, où aucun joueur ne compte plus de 8 sélections, bat la grande RFA championne du monde en titre, avec Beckenbauer mais sans Gerd Müller. Un but d’Olivier Rouyer (52e) donne aux Français leur première victoire contre la RFA depuis 19 ans. En fin d’année, ils se qualifieront pour le Mondial-1978, leur premier grand tournoi depuis l’échec de la Coupe du monde 1966.

France-Allemagne en 1982 à Séville. – / AFP

Le traumatisme de Séville
Demi-finale du Mondial-1982 – Le 8 juillet à Séville (Espagne), RFA – France 3-3 a.p. (5-4 t.a.b.)
Dramaturgie folle pour une demi-finale de Mondial d’anthologie: «Séville 82» représente LE sommet des confrontations franco-allemandes. Pierre Littbarski ouvre rapidement le score, Platini répond sur penalty. Les Bleus mènent ensuite 3-1 en prolongation, grâce à Marius Trésor et Alain Giresse, mais se font rejoindre 3-3. Didier Six et Maxime Bossis ratent leurs tirs au but et Horst Hrubesch donne la qualification aux Allemands.

Le match est aussi marqué par la sortie de Harald «Toni» Schumacher qui met KO Patrick Battiston, évacué sur une civière. L’arbitre ne bronche pas et le gardien allemand, qui refusera toujours le moindre signe d’empathie, reste une figure honnie en France.

Karl Heinz Rummenigge et Michel Platini avant le choc en 1986 Panoramic

La déception de Guadalajara
Demi-finale du Mondial-1986 – Le 25 juin 1986 à Guadalajara (Mexique), RFA – France 2-0
La revanche est vite éventée: Andreas Brehme ouvre tôt le score (9e) que scelle Rudi Völler (90e). Les Allemands sont plus forts, et les Français manquent de jus, après leur quart de finale dantesque face au Brésil de Zico et Socrates éliminé aux tirs au but. Et leur capitaine Platini est diminué par une blessure. Côté français, c’est la fin de la génération romantique. Les Allemands perdront de nouveau en finale, face à l’Argentine de Diego Maradona, mais la troisième finale de suite, en 1990, sera la bonne.

Löw story au Maracana
Quart de finale du Mondial-2014 – Le 4 juillet 2014 à Rio de Janeiro (Brésil): Allemagne – France 1-0
Les Bleus s’inclinent sur un coup franc de Toni Kroos pour la tête de Mats Hummels qui profite du marquage lâche de Raphaël Varane (13e). Les hommes de Didier Deschamps tombent sur un Manuel Neuer en état de grâce, notamment sur une frappe à bout portant de Karim Benzema en toute fin de match. Les Allemands de Joachim Löw, abonnés aux derniers carrés et finales depuis 2006, connaîtront la consécration au Brésil. Les Français se remettent de leur côté du fiasco de Knysna au Mondial-2010.

Antoine Griezmann lors de la victoire des Bleus en 2016 à l’Euro. Panoramic

13 novembre 2015, une soirée à oublier
Amical – 13 novembre 2015 à Saint-Denis (France): France – Allemagne 2-0
Le football passe totalement au second plan au moment où la France est touchée par les attentats les plus meurtriers de son histoire, à Paris et à Saint-Denis, avec un mort aux abords du Stade de France. Après le match, les deux équipes restent bloquées jusqu’au milieu de la nuit dans le stade. «De par leurs affectations en club, il y avait beaucoup de connivences entre joueurs. Je me rappelle ces couples franco-allemands qui se formaient, ils étaient adossés à même le sol dans l’espace entre les deux vestiaires. Il n’y avait qu’un seul vestiaire à la fin», se souvient Philippe Tournon, chef de presse de l’équipe de France à l’époque. «Il y a eu une espèce de fraternisation, de solidarité assez forte. Dans les vestiaires il y avait les écrans de télé, on vivait l’horreur en direct», dit-il à l’AFP.

Le coup de «Grizou »
Demi-finale de l’Euro-2016 – 7 juillet 2016 à Marseille (France): France – Allemagne 2-0
Dans l’unique confrontation en qualifications et phases finales de Championnats d’Europe, les Bleus s’imposent sur un doublé d’Antoine Griezmann. Les Allemands ont pourtant dominé le match, mais sans efficacité, à cause aussi d’Hugo Lloris, héroïque. Les Bleus s’inclineront en finale face au Portugal (1-0 a.p.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *