Cyclisme – Giro – Tour d’Italie: Bardet souhaite «une mauvaise météo»

SPORT

Romain Bardet a souhaité mardi «une mauvaise météo» pour les étapes en haute montagne qui se profilent dans le Giro auquel le Français participe pour la première fois. «La tendance de la deuxième semaine sera la tendance décisive», a estimé l’Auvergnat de l’équipe allemande DSM, premier Français au classement (13e à 1 min 21 sec) après dix étapes, lors d’un point-presse virtuel tenu lors de la journée de repos à Foligno.

«Une bonne averse, un coup de froid, si on a la chance d’avoir une mauvaise météo encore… les leaders vont être encore plus isolés. J’espère qu’on aura ce temps-là dans les cols», a déclaré Bardet qui est revenu sur son attaque prématurée dans la 6e étape se terminant au-dessus d’Ascoli Piceno.

«Sur ce coup-là ça m’a coûté 30 secondes à l’arrivée, ce n’était pas le coup le plus judicieux. Mais j’ai envie de faire la course, de ne pas rester dans les roues. Il faut courir de manière agressive», a assuré le coureur de Brioude, deux fois présent déjà sur le podium du Tour de France (2e en 2016, 3e en 2017).

À 30 ans, Bardet découvre le Giro et affiche un bel optimisme: «Je me régale. Je sens que c’est la bonne forme, j’ai hâte de voir ce que je vaux en haute montagne.» «J’ai abordé la première semaine dans de bonnes dispositions mais pas encore optimales, j’espère être maintenant à 100 %», a poursuivi le Français qui ne s’inquiète pas outre mesure de son retard au classement.

«Il vaut mieux avoir une minute d’avance comme Bernal qu’une minute de retard comme moi. Mais il n’y a pas eu de vraie hiérarchie jusqu’à présent, hormis Bernal qui reste le meilleur grimpeur de la course. Il est le seul à être sorti du lot. Quand il a attaqué, personne n’a pu le suivre».

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *