Décimés, les Pays-Bas compteront sur Memphis et Wijnaldum à l’Euro

SPORT

Absents des deux dernières compétitions internationales, les Pays-Bas entament leur Euro avec la réception de l’Ukraine ce dimanche (21h). Avec de nombreux absents en défense et des joueurs appelés à prendre leurs responsabilités.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ? C’est une des craintes de tous les supporters des Pays-Bas depuis l’annonce du forfait de Virgil Van Dijk pour l’Euro. Insuffisamment remis de sa rupture des ligaments croisés du genou contractée en octobre dernier, le défenseur central de 29 ans a annoncé la douloureuse voilà un mois. «C’est une très mauvaise nouvelle pour nous comme pour lui, a fait savoir le sélectionneur Frank De Boer au média local NU. Je suis triste pour lui car c’est notre capitaine et il n’a jamais participé à une phase finale d’un grand tournoi. En l’absence de leur capitaine, principal artisan du retour des «Oranjes» au plus haut niveau, les Néerlandais, parmi les favoris des bookmakers il y a un an, s’avancent avec moins de certitudes à l’heure d’entrer en lice dans leur première compétition internationale depuis leur troisième place au Mondial 2014. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, d’autres absents se sont ajoutés en marge de recevoir l’Ukraine à Amsterdam (21h, beIn Sports, M6).

Au premier rang desquels le défenseur de la Juventus Matthijs De Ligt, touché à l’aine et forfait pour ce premier match dans le Groupe C (avec l’Autriche et la Macédoine du Nord). Ainsi, face au principal adversaire du groupe (premier de son groupe de qualifications devant le Portugal), les Pays-Bas devront faire sans leur charnière titulaire. Si De Ligt pourrait être rétabli pour la suite de la compétition, ce n’est pas le cas du gardien numéro 1 Jasper Cillessen, qui a quitté le rassemblement de l’équipe après un test positif au Covid-19 début juin.

Wijnaldum, Memphis et De Jong appelés à prendre le relais

Amputé d’élément phares, le secteur défensif néerlandais comptera sur les deux lignes supplémentaires pour ne pas gâcher ce retour tant attendu des «Oranjes» sur la scène internationale, alors qu’ils se produiront à chaque match de poule devant leur public de la Johann Cruyff Arena d’Amsterdam. Seul écueil, un autre milieu de terrain a quitté le camp de base en la personne du joueur de Manchester United Donny Van De Beek, qui ne sera pas remplacé dans la liste des 26. «Nous avons assez de milieux de terrain dans l’effectif pour pallier à ce forfait, a expliqué Frank De Boer. Je préfère laisser le groupe tel qu’il est.»

D’autant que quelques joueurs de grande classe demeurent dans l’effectif batave. À commencer par le néo-Parisien Georginio Wijnaldum, promu capitaine en l’absence de Van Dijk. À 30 ans, l’ex-joueur de Liverpool est au sommet de son art grâce à une palette de jeu complète. Un profil complémentaire de celui de Frenkie De Jong, qui a pris une nouvelle dimension depuis quelques mois avec le FC Barcelone. À l’Euro, les deux hommes seront associés au milieu dans un 3-5-2 instauré par le sélectionneur mais pas du goût des supporters, qui ont fait voler une banderole «Frank, joue en 4-3-3 !» au-dessus du centre d’entraînement.

Contesté depuis sa nomination au poste de sélectionneur en remplacement de Ronald Koeman, l’architecte du come-back batave nommé sur le banc du Barça, De Boer comptera tout autant sur Memphis Depay, qui prend de plus en plus de responsabilités avec son pays, dont il a porté le brassard de capitaine à la sortie de Wijnaldum lors des deux matches de préparation contre l’Ecosse (2-2) puis la Géorgie (3-0), où il a d’ailleurs inscrit trois buts. Désormais associé au longiligne Wout Weghorst (20 buts en Bundesliga cette saison), Depay entend justifier son statut de tête d’affiche afin d’atteindre a minima les demi-finales, objectif fixé par l’état-major de la sélection. «Je peux toujours progresser afin de m’affirmer comme un joueur plus important, encore, pour mon pays», a-t-il fai savoir dans un entretien accordé au Parisien. Et son pays aura bien besoin de son talent et de celui des précédents cités pour prétendre à succéder à la génération dorée (Van Basten, Rijkaard, Koeman, Gullit), victorieuse du seul et unique titre de l’histoire du pays lors de l’Euro 1988.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *