Djokovic assomme Nadal au terme d’une nuit magique à Roland-Garros

SPORT

À l’issue d’un match renversant, au niveau de jeu sidérant, Novak Djokovic a renversé Rafael Nadal dans une ambiance survoltée.

Envoyé spécial à Roland-Garros

L’ambiance : A 19h10, le court Philippe Chatrier se retrouve rongé par l’ombre à l’heure du duel tant attendu. Les deux boxeurs n’observent pas de round d’observation. Le ton est donné, il n’y aura pas le moindre temps mort. Les spectateurs prêts à vibrer, équitablement partagés entre les « Rafa » et les « Nole », jettent de temps en temps une œillade inquiète sur l’horloge en raison du couvre-feu à 23h. À 22h19, sous le charme d’un match haletant, les spectateurs entonnent : «On ne partira pas…», en souvenir de la soirée écourtée lors du match entre Djokovic et Berrettini (les spectateurs avaient été priés de sortir à 3-2 dans le 4e set). À 22h39, après que Djokovic a remporté le tie-break du 3e set, le speaker annonce : «En accord avec les autorités, le match ira à son terme en votre présence.» Ses mots sont couverts par les manifestations de la foule qui redoute le signal du départ. Il répète, traduit en anglais. Dans la tribune présidentielle, Gilles Moretton, le président de la Fédération française applaudit. Les spectateurs hurlent leur joie.

Le tournant du match : Breaké d’entrée (en 9′), Novak Djokovic a beau tout tenter, il se retrouve mené 5-0 après 30′. Avant de trouver les forces de ne pas laisser filer. Au courage, le Serbe accroche son premier jeu après 35′. Il chasse le mauvais souvenir de la finale 2020 entamée par un set perdu 6-0, un départ raté dont il n’avait pu se remettre. Dans la foulée, le Serbe chipe son service à Rafael Nadal, stoppe l’hémorragie et revient à 5-3 en empochant sa mise en jeu. S’il perd finalement le set, Novak Djokovic a retrouvé de l’aplomb et son jeu de la consistance. Le bras de fer va tenir toutes ses promesses. Le niveau va atteindre des sommets.

Le jeu : Retours lasers, amorties, courses éclairs, coups impossibles frappés en bout de course, angles sidérants, contre-pieds stupéfiants, Novak Djokovic et Rafael Nadal ont rivalisé d’audace et d’adresse pour rester accrochés à ce match. Multiplication de breaks (8 balles de break converties sur 22 pour Djokovic ; 6/16 pour Nadal), de coups gagnants stupéfiants, les gladiateurs portés par l’ambiance ne voulaient pas céder. Toujours prompts à se relancer. Si la finale de l’Open d’Australie 2012 (remportée par Djokovic), la demi-finale de Roland-Garros 2013 (remportée par Nadal) ou la demi-finale de Wimbledon 2018 (arrachée par Djokovic) brillaient comme des matches inoubliables, la demi-finale de Roland-Garros viendra se faufiler dans ce best of. À 23h20, sur sa deuxième balle de match, Novak Djokovic se propulsait en finale 3-6, 6-3, 7-6 (7/4), 6-2 en 4h11.

La stat. Sous les vivats d’un public debout, Rafael Nadal a quitté l’arène le pouce levé, le cœur gros. L’Espagnol enregistre sa troisième défaite à Roland-Garros (après celles concédées contre Robin Söderling en 8es de finale en 2009 et Novak Djokovic en quarts de finale en 2015). Nadal (13 titres), compte 105 victoires et, donc, 3 défaites à Roland-Garros.

Et maintenant ? Novak Djokovic, lauréat en 2016, finaliste malheureux en 2012, 2014, 2015 et 2016, peut dimanche devenir le premier joueur de l’ère Open à remporter deux fois tous les tournois du Grand Chelem. Face à lui se dressera, Stefanos Tsitsipas qui vivra sa première finale majeure après avoir écarté Alexander Zverev 6-3, 6-3, 4-6, 4-6, 6-3 en 3h37. Novak Djokovic a remporté 5 des 7 matches joués contre le jeune Grec (dont les 3 disputées sur terre battue).

La phrase. Encore sous le choc d’un match à couper le souffle, Novak Djokovic a résumé sur le court : «C’était un privilège d’être avec Rafa pour ce match incroyable. C’est sûrement le plus grand que j’aie joué à Paris. Et dans la plus belle atmosphère, la plus belle ambiance, la plus belle énergie. C’est dur de gagner contre Rafa, il faut jouer son meilleur tennis. C’était le soir de mon meilleur tennis. C’est difficile de trouver les mots pour expliquer la pression, ce que cela représente de jouer contre lui ici.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *