Djokovic : «Le meilleur match de toute ma carrière à Roland-Garros»

SPORT

Le Serbe a infligé à Rafael Nadal sa troisième défaite Porte d’Auteuil à l’issue d’un sublime combat (3-6, 6-3, 7-6 [4], 6-2 en 4h11). De quoi le rendre fou de joie.

A Roland-Garros,

Battre Nadal à Roland-Garros
Rafael Nadal. C’est un immense joueur, qui a marqué l’histoire du tournoi et qui a perdu trois fois de toute sa carrière ici. Déjà, ces chiffres parlent d’eux-mêmes. À chaque fois qu’on foule le court contre lui, vous savez qu’il faut faire l’ascension du mont Everest pour pouvoir parvenir à le battre.

La place de cette victoire dans sa carrière
C’est le meilleur match de toute ma carrière à Roland-Garros. Je le place parmi les trois meilleures rencontres que j’ai joué, tous tournois confondus, en termes de qualité tennistique. Le fait d’avoir battu mon plus grand rival, sur un court où il a eu autant de succès en 15 ans, c’est incroyable.

Son début de match compliqué
Au début, ça ressemblait bien à la finale de l’année dernière. Même si l’entame du match n’a pas été bonne, je n’étais pas trop nerveux, parce que j’avais le sentiment que je frappais bien la balle. J’ai pu monter en puissance. Le lift qu’il imprime à la balle, avec son coup droit, c’est juste incroyable. Mais j’étais prêt. Je me sentais bien sur le plan mental et physique. J’avais un plan de jeu clair, une bonne tactique. Et j’ai réussi à me remettre dans le jeu au premier set.

Le déclic du 4e set
Même si j’étais mené une manche à rien, j’ai trouvé mes repères et j’ai pu breaker au deuxième set. Et puis, tout s’est bien déroulé même si j’ai eu du mal avec mon service. J’espérais avoir quelques points gratuits. Je n’y suis pas arrivé avant le quatrième set. Et puis, quand j’étais mené 2/0, un déclic qui s’est opéré. C’est aussi la qualité du service qui m’a donné quand même quelques points gratuits.

« Je n’oublierai jamais l’atmosphère électrique, avec beaucoup de soutien pour les deux joueurs »

Novak Djokovic

L’ambiance
C’était incroyable! Je n’oublierai jamais l’atmosphère électrique, avec beaucoup de soutien pour les deux joueurs. J’ai été ravi de voir qu’il n’y ait pas eu de couvre-feu. Le public a pu rester. C’est l’une de ces nuits, l’un de ces matches dont je me rappellerai toujours.

La finale contre Tsitsipas
Ce n’est pas la première fois que je dispute une demi-finale épique en Grand Chelem et qu’ensuite, je reviens pour jouer les finales en moins de 48heures. Mes capacités de récupération sont plutôt bonnes. Mon kiné va faire tout ce qu’il peut aussi pour que je sois frais et dispos. Il ne faut pas que je m’entraîne trop. Il s’agit avant tout, maintenant, de prendre les choses calmement, doucement jusqu’à la finale.

Sur la forme de Tsitsipas
C’est la première fois qu’il est en finale d’un Grand Chelem; pour lui, c’est un grand exploit. Mais il ne va pas s’arrêter là. Il est en grande forme physique. Il est leader de la Race. Il a gagné en maturité sur terre battue, sa surface préférée. On a joué un match en demi-finale en 5 sets de grande qualité l’année dernière. Je pense donc que ce match sera difficile. J’espère que je vais pouvoir recharger mes batteries autant que possible, parce que j’ai vraiment besoin d’une puissance de feu pour dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *