Djokovic, l’obsession des records de Monsieur toujours plus

SPORT

Finaliste de Roland-Garros, ce dimanche contre le Grec Stefanos Tsitsipas, Novak Djokovic veut profiter de l’occasion pour marquer le tennis de son empreinte.

Novak Djokovic ne s’en cache pas. Son objectif est de battre les records pour marquer l’histoire du tennis. Et s’extirper de l’ombre obsédante du duo star composé depuis de longues années par Roger Federer et Rafael Nadal. Le Serbe détient le record du plus grand nombre de semaines passées à la place de n°1 (en mars dernier, il a battu les 310 semaines de Federer). En 2016, le Serbe s’est inscrit comme le premier joueur à passer la barre des 100 millions de dollars de gains en tournoi. Il est, depuis 2018, le seul joueur à avoir remporté chacun des neuf Masters 1000. Mais il en veut plus. Toujours plus.

Novak Djokovic court après le record des couronnes en Grand Chelem. Il compte 18 sacres majeurs (9 à l’Open d’Australie, 1 à Roland-Garros, 5 à Wimbledon, 3 à l’US Open). Dans son viseur, les vingt titres majeurs de Roger Federer et Rafael Nadal. Il peut rêver du Grand Chelem calendaire (en 2016, il avait réussi à remporter consécutivement les quatre tournois majeurs à cheval sur deux années). Le dernier à l’avoir réalisé est l’Australien Rod Laver en 1969.

Vainqueur de Rafael Nadal, ce vendredi en demi-finales, au terme d’un match dont Roland-Garros se souviendra longtemps, pour le scénario, les rebondissements, le contexte sanitaire, la fête de nuit, Novak Djokovic tient à l’avantage qu’il conserve face à l’Espagnol (30 victoires à 28) et Roger Federer (27 victoires à 23). Avec la particularité d’avoir dominé Rafael Nadal sur sa terre battue à Roland-Garros (en quarts de finale en 2015 et en demi-finales cette année, soit deux des trois défaites de l’Espagnol en 108 matches à Paris) et Roger Federer, dans son jardin de Wimbledon (en finale en 2014, 2015, 2019).

À l’ombre du légendaire duo composé de Roger Federer et Rafael Nadal veut briller. Non comme le troisième homme mais celui de tous les records. En commençant par les plus prestigieux. Le Serbe (34 ans) est le plus jeune du trio (Federer a 39 ans, Nadal 35). Il restera en scène tant que le match au sommet l’inspirera et lui offrira la possibilité de briller au sommet. «Roger et Rafa m’inspirent. Tant qu’ils dureront, j’irai de l’avant. C’est une compétition entre nous dans tous les domaines. C’est la raison pour laquelle nous sommes ce que nous sommes, nous nous motivons les uns les autres, nous nous poussons les uns les autres jusqu’à la limite», résumait-il après son titre à Melbourne, en février. C’est la raison pour laquelle, dans sa quête effrénée, la finale de Roland-Garros revêt tant d’intérêt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *