En Inde, des chrétiens expulsés de leur village par des extrémistes hindous

Monde

Dans le village de Sikapaï, situé dans l’état d’Odisha à l’est de l’Inde, un groupe d’extrémistes hindous a détruit les maisons de familles chrétiennes contraintes de fuir. Les violences contre les chrétiens augmentent dans la région.

Des familles chrétiennes se sont faites expulser de leur village par des extrémistes hindous, le mardi 8 juin, après avoir vu leurs maisons détruites, a rapporté l’agence catholique UCA News citée lundi par La Croix .

Ce n’est pas la première fois que les chrétiens sont pris pour cible, selon les informations de l’agence. Le pasteur du village Upajukta Singh a confirmé que les extrémistes en question ne toléraient pas la présence de chrétiens dans le village. Plusieurs fois déjà, les femmes chrétiennes qui allaient chercher de l’eau avaient été humiliées, explique le pasteur. « Les assaillants peuvent détruire nos maisons mais pas notre croyance dans le Seigneur Jésus-Christ », a témoigné à la même agence l’une des victimes.

Le village de Sakapaï dans la région d’Odisha Google maps

Sajan K. George, président du Conseil mondial des chrétiens indiens, a déploré, toujours auprès de l’agence UCA News, la montée des violences du district de Rayadaga où se situe le village de Sikapaï. «Les cycles de violence et de haine à Rayagada sont des signes inquiétants de sectarisme. Nous demandons instamment au ministre de l’Odisha de prendre des mesures efficaces pour lutter contre les groupes extrémistes dans notre société, pour la sécurité de tous.»

Les communautés chrétiennes dans cette région sont en majorité issues de la communauté dalit (intouchables), considérée comme inférieure car en dehors du système des castes. Si les chrétiens ont connu dans cette région des épisodes de grandes violences, comme en 2008 par exemple, la région d’Odisha connaît une recrudescence de ces phénomènes malheureux depuis quelques mois. «La réélection du premier ministre Narendra Modi en 2019 sur une ligne d’avantage nationaliste a conforté les extrémistes hindous dans leurs attitudes agressives», explique Thomas Oswald, journaliste pour l’Aide à L’Église en détresse (AED). La pandémie a également ravivé des tensions qui existaient déjà. «Les extrémistes hindous ont parfois accusé certaines minorités d’être responsables de la pandémie», en boucs émissaires tout désignés.

Les chrétiens de Sikapaï ont porté plainte. Reste à savoir si les autorités pourront faire leur travail en toute transparence. D’après l’Aide à l’Eglise en Détresse, les violences de l’été dernier par exemple n’ont pour l’instant abouti à aucun résultat d’enquête.

La minorité chrétienne représente 4,9% de la population en Inde selon les chiffres de l’AED. Dans le dernier classement annuel de l’ONG évangélique américaine Portes Ouvertes des pays où les chrétiens sont le plus persécutés, l’Inde est remonté ces dernières années à la dixième place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *