Essai de politique-fiction : La genèse d’un crypto pays

A LA UNE Tunisie




Et si je monte mon propre pays ? Ceci peut paraître quasiment impossible. Car, selon la convention de Montevideo (Uruguay), pour avoir un pays, il faut répondre aux critères de la population, du territoire géographique, du gouvernement, et des relations avec les autres Etats. Le texte de la convention signée en 1933 est très clair et impose des critères bien définis pour la création d’un pays matériel. Mais si quelqu’un dans ce monde décide de créer un pays immatériel, un pays sans territoire, le premier pays sans frontières. Bref, un crypto pays ? Essai de politique-fiction…

Par Iheb Saadaoui *

Si quelqu’un décide un jour de créer un pays virtuel, est-ce que le texte de la convention de Montevideo s’appliquera toujours ?

Allons plus loin et supposons qu’un jour Facebook, Twitter ou Google décide de s’imposer comme nation en créant un crypto pays. Ce terme changera-il l’histoire de l’humanité à jamais ?

Qu’est-ce qu’un crypto pays ?

Un crypto pays est une entité où il suffira d’être un être humain ou même post humain pour avoir le droit à la citoyenneté. Mais qu’est-ce que la citoyenneté dans un pays qui ne possède pas de territoire ou de cité ? Que sera la géopolitique après l’avènement d’un pays qui n’appartient à aucune géographie ? Quel sera l’avenir de la gouvernance mondiale et des relations internationales?

Depuis toujours, le terme de pays signifiait un territoire habité en permanence, constituant une entité géographique et humaine. Il est caractérisé par une ou plusieurs langues à l’oral et à l’écrit utilisées par les habitants constitués en nation.

Notre monde actuel est formé de plusieurs nations, qui ne collaborent pas autant qu’elles le souhaitent, car leurs dirigeants sont souvent attachés à la concurrence, enfermés dans une lutte destructrice pour gagner plus d’argent et de pouvoir pour leurs pays, leurs entreprises et leurs électeurs en leurs garantissant un tas de droits, ce qui n’est toujours pas le cas dans tous les pays du monde.

Par exemple, les constitutions des pays les moins développés insistent sur la liberté de circulation. Cependant, les habitants de ces pays se trouvent emprisonnés dans les frontières de leurs pays ou dans celles des pays auxquels ils leur est permis de voyager sans être interpellés dans les aéroports ou refusés lors du dépôt d’un dossier de visa.

Un pays où on peut devenir citoyen en quelques clics

Avec l’impossibilité d’un développement économique efficace et rapide de ces pays, leurs habitants seront les premiers à chercher une nationalité qui leur permettra de se déplacer, de travailler, d’être actif librement en étant considérés comme citoyen du monde. Un pays accessible à toutes et à tous et dont chacun peut devenir citoyen en quelques clics.

D’un autre côté, il y aura plus d’un milliard de personnes qui seront des travailleurs en ligne d’ici 2025. Ces personnes offriront leurs services à l’échelle mondiale et auront besoin de juridictions et de prestataires de services de gouvernance qui transcendent les frontières nationales et légales. Soit environ deux milliards de personnes supplémentaires travaillent dans l’économie informelle ou sont apatrides et bénéficiant de peu de protections juridiques.

L’industrie actuelle des services juridiques n’offre pas suffisamment de services sur les marchés émergents ou développés. En cumulant tous ces facteurs et en observant le développement technologique dans le monde et l’apparition de deux technologies révolutionnaires, la 5G et la crypto monnaie, on constate que le terrain est devenu très favorable pour l’apparition d’un crypto pays et une crypto nation, qui ignorent la notion du territoire et de géographie, et qui sont seulement basés sur l’entité humaine. La notion même d’identité nationale à l’origine de tant de guerres et de morts au cours des siècles sera abandonnée, et on se concentrera plutôt sur la notion d’intérêt général ou international.

La vision du crypto pays est un marché mondial libre pour les services de gouvernance. Un État post-nation, un monde de nations volontaires, de cités-États et de communautés autonomes qui fournissent une gamme de services de gouvernance (opt-in), où chaque citoyen aura droit à l’autodétermination et est libre de choisir toute forme d’expression ou manière d’être humain ou post-humain et avec qui on peut s’associer et coopérer. Un crypto pays où la souveraineté passe de manière décisive de l’État au citoyen et où de dernier aura la liberté de choix lorsqu’il accède aux services de gouvernance.

La guerre de 6e génération est inévitable

Ainsi, donc, vous pouvez devenir citoyen de n’importe quelle nation grâce à une application smartphone. Il y aura peu d’incitation à la violence parce que chacun de nous sera considéré comme un client potentiel.

Cette vision contraste fortement avec l’ordre mondial actuel, où les citoyens sont obligés de rivaliser les uns avec les autres pour obtenir les résultats de gouvernance souhaités, un processus qui conduit souvent aux violences et aux conflits.

Pour conclure, disons que le crypto pays prouvera que le concept de la nation volontaire décentralisée sans frontières pourrait donner naissance à un mouvement open source qui bouleversera l’équation de la gouvernance mondiale.

En plus de la nationalité, le crypto pays fournira un passeport aux citoyens défini par un QR code, en leurs promettant la liberté du déplacement dans le monde, et l’égalité entre tous les citoyens.

Avec la facilité de la procédure d’obtention de la nationalité, le nombre de citoyens augmentera sans cesse. En quelques années, le crypto pays pourrait devenir l’un des plus peuplés de l’univers.

De même, les avantages de l’utilisation d’un service de gouvernance transparent, rapide, bon marché et volontaire, au lieu de services centralisés, lents, coûteux et opaques, seront clairs. La base d’utilisateurs de cette technologie augmentera ainsi de manière organique à mesure que l’utilité de cette technologie augmentera.

Grâce au chiffre d’affaire énorme qu’il ne manquera pas de réaliser, le crypto pays sera rapidement une puissance économique mondiale et pourra faire pression sur les plus grands Etats afin d’obtenir leur reconnaissance, et grâce à sa base de données, il pourra contrôler les affaires de la sécurité mondiale et de la lutte contre le terrorisme.

Dans chaque pays, une bonne partie de la population sera titulaire d’un passeport virtuel et ces pays vont, par conséquent, essayer de s’adapter en cherchant à créer des relations d’échange avec le pays virtuel.

Bref, ce sera le début d’une nouvelle aire de gouvernance mondiale. Si une entité étrangère possède une base de données avec les informations personnelles de la moitié de ton peuple, c’est qu’elle te contrôle d’une façon ou d’une autre. Et c’est la suite logique, puisque les citoyens du crypto pays sont vos citoyens.

Tous les gouvernements vont se trouver dans la même situation et obligés à obéir au crypto pays. Et c’est la phase la plus intéressante: la naissance d’une entité qui contrôle tous les pays du monde. Et forcément, les relations entre tous ces pays vont devoir passer par cette entité virtuelle. À partir de ce moment, le crypto pays contrôlera la diplomatie et les relations internationales, et par suite, la distribution de la richesse.

La nouvelle répartition de la richesse sera certes différente de celle en vigueur aujourd’hui. Mais sera-elle une répartition meilleure et plus équitable?

Tout ce qui précède n’est qu’une hypothèse qu’on formule en observant avec un œil critique et analytique la succession des innovations technologiques depuis le début du XXIe siècle et leurs conséquences sur la vie des êtres humains, tout en se posant des questions sur le devenir du monde.

Est-ce que le dirigeant du monde dans les prochaines décennies sera celui qui aura le contrôle de notre pays virtuel ? Ce sera, on s’en doute, l’étincelle qui déclenchera une guerre de 6e génération?

Ce qui est surprenant et intrigant à la fois, c’est que le concept du crypto pays s’intègre parfaitement dans la conception socialisante en faisant prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers. Mais, paradoxalement aussi, ce concept défend la liberté économique qui est la base du libéralisme.

Alors vivrons-nous une guerre de 6e génération entre un pays socialiste et un autre libéral, dans le but de gagner le contrôle du crypto pays ? Cette guerre a-t-elle déjà commencé ?

* Architecte.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *