Football – Coupe de France – Tops/Flops Monaco-PSG : la Coupe pour Paris, l’erreur de Disasi

SPORT

Tops

Paris intraitable
Et de 14 pour Paris. Vainqueur de l’AS Monaco (2-0), le club de la capitale s’est offert au Stade de France sa quatorzième Coupe de France, gonflant son record de titres dans la compétition. Malgré une prestation très défensive, les Parisiens sont parvenus à conserver un trophée qu’ils auront remporté six fois lors des sept dernières éditions.

Une charnière solide
Si les Parisiens sont parvenus à l’emporter face à Monaco, ils le doivent en partie à leur assise défensive. Infranchissable, la forteresse constituée par Marquinhos et Kehrer a permis de museler des Monégasques aux velléités offensives. Le capitaine brésilien du PSG, en patron de la défense, s’est fait entendre aux quatre coins de l’arrière-garde parisienne et sa sérénité a déteint sur son partenaire du soir, en l’absence de Kimpembe, suspendu.

Mbappé porte les siens
Sans réaliser un match plein, Kylian Mbappé a une nouvelle fois porté les siens vers le succès face à son ancien club. Impliqué sur les deux buts, il est passeur décisif pour Icardi (19e) avant de sceller la victoire parisienne en fin de match (81e). Des statistiques toujours aussi ébouriffantes, alors que son avenir reste toujours aussi flou en cette fin de saison.

Flops

L’erreur de Disasi
Au cœur d’une soirée aussi calme en tribunes en raison du couvre-feu que sur le plan des occasions, Paris n’en demandait pas tant. Peu après le quart d’heure de jeu, Axel Disasi, ancien du Paris FC, commettait une erreur de contrôle après une relance de Majecki. Un contrôle trop long, qui profitait à Kylian Mbappé. L’international français fixait le portier monégasque pour donner sur sa droite à Mauro Icardi, qui terminait le travail (19e). Une erreur fatale, qui lançait le Paris Saint-Germain vers le titre.

Monaco si proche et pourtant si loin
«Ce qui a manqué c’est l’expérience. Les erreurs à ce niveau-là se payent cash.» Ces mots, ce sont ceux d’Aurélien Tchouaméni, mercredi au micro de France 2. Le milieu de terrain monégasque résumait parfaitement le scenario d’une rencontre où l’ASM se sera procuré plus d’occasions que des Parisiens, tranquillement installés dans leur propre moitié de terrain en deuxième période. Mais avec un seul tir cadré, Monaco n’est pas parvenu à mettre autant en danger le PSG que lors des deux rencontres de championnat, toutes deux remportées par les joueurs de la Principauté.

Ben Yedder transparent
Avec ses 20 buts et 7 passes décisives en Ligue 1, Wissam Ben Yedder était attendu mercredi en finale de la Coupe de France. Mais l’attaquant monégasque aura vécu une soirée compliquée, ne parvenant jamais vraiment à se mettre en évidence. Bien muselé par la défense parisienne, il n’aura pas su porter les siens vers le titre. Il a cédé sa place dès l’heure de jeu à Jovetic, un petit peu plus en vue.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *