Football – Equipe de France – Youssoupha sur la polémique sur son morceau : «C’est agaçant que le Rassemblement National dicte l’agenda des débats»

SPORT

Youssoupha sort du silence. Sans réaction depuis la polémique liée à son morceau«Écris mon nom en bleu !», accompagnant la révélation de la liste des 26 Bleus pour l’Euro, le rappeur est sorti de son silence sur le plateau de l’émission Quotidien, en réaction aux propos du vice-président du RN Jordan Bardella, qui estimait que choisir le rappeur pour ce morceau était comme «céder à une partie racaille de la France». «C’est quand même agaçant pour les Français que le Front National, ou peu importe comment on l’appelle, dicte l’agenda des débats et des thématiques. Au début, c’était accidentel, mais aujourd’hui ça devient la norme. Eux, ils peuvent jouer de cette ficelle là mais le reste du spectre des acteurs, les médias, les poilitiques n’ont pas à tomber dans cet agenda là, ils ne sont pas obligés de se rabaisser à ce niveau là, on peut rester aussi dignes», a déclaré Youssoupha, qui assure avoir «pris cette polémique avec beaucoup de recul et beaucoup d’humour.»  

LIRE AUSSI – Le choix du rappeur Youssoupha pour chanter les Bleus suscite la polémique 
LIRE AUSSI – Didier Deschamps réagit à l’hymne de Youssoupha : «je l’ai écouté, je le trouve bien»

Une polémique qui avait fait irruption sur la toile quelques jours après l’annonce de la liste, à la suite de laquelle le président de la FFF Noël Le Graët avait lui-même fait part de son regret d’avoir publié la liste avec ce morceau. Deux semaines plus tard, l’auteur du morceau a donc réagi à cette polémique à sens unique, selon lui. «L’une des raisons pour laquelle je ne suis pas revenu, hormis le fait que j’étais avec ma famille, est que je ne veux pas que l’on me dicte l’agenda de l’action-réaction, explique celui qui réside en Côte d’Ivoire. Dès que le Rassemblement National récupère ce que tu fais, il faut que tu réagisses. Non, je réagis si je veux, et je ne réagis pas pour des gens comme ça. Ce sont des gens qui ne sont pas importants. (…) On laisse tellement avancer ces gens-là en leur donnant la place et le droit de cité, comme si c’était normalisé, alors que c’est de la médiocrité. Mais on peut rester dignes, et s’indigner au moment où il faut s’indigner. Car là, j’ai l’impression qu’ils mènent la barque et celle-ci, où va-t-elle nous mener ? Ce sont des partis qui sont racistes, homophobes, qui dansent avec des nazis… Si on les laisse faire, ils nous emmèneront dans leur agenda. Je ne veux pas les laisser faire.»

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *