Football – Etranger – Andres Iniesta continue finalement l’aventure japonaise

SPORT

L’heure de la retraite n’a pas encore sonné

On le verra donc tâter le cuir encore deux saisons de plus. L’ancien milieu de terrain du Barça qui fête aujourd’hui ses 37 ans avait pourtant laissé planer le doute quant à une possible annonce de sa retraite en ce 11 mai. Lui qui est au Japon depuis 2018 après avoir quitté son club de toujours, assure qu’il est heureux au Vissel Kobe et en terres nippones : «Nous nous sentons chez nous ici au Japon et je suis très heureux de pouvoir continuer à diriger ce projet. Le grand défi est de continuer à faire grandir Vissel Kobe et je vais faire de mon mieux pour y parvenir.»

Quant à sa carrière en tant que joueur, il dit être toujours animé par «la confiance, l’enthousiasme et la motivation de continuer à jouer au football». Avant de poursuivre avec : «Le jour où je ne ressentirai plus ça, je prendrai un autre chemin.» Précisant qu’il souhaite prendre sa retraite au sein de Vissel et qu’il espère continuer à mener le projet du club ensuite.

Maillon essentiel du projet Rakuten

Hiroshi Mikitani, PDG de Rakuten (site d’achats en ligne concurrent d’Amazon) et propriétaire de Vissel Kobe a déclaré lors de la conférence de presse : «Je crois fermement que sa philosophie et son attitude inspireront non seulement les jeunes footballeurs, mais aussi le Japon dans son ensemble.» Légende du FC Barcelone et du football espagnol (131 sélections), le champion du monde 2010 était sous contrat avec le club de Kobe jusqu’au 31 janvier 2021. Il reste donc la tête d’affiche du projet de la marque de vente en ligne, qui a racheté le club en 2004 et depuis amené de nombreuses stars : Lukas Podolski, David Villa et donc Andres Iniesta.

Si l’Espagnol gagne un salaire de 30 millions de dollars par an, il rapporte beaucoup plus à son club. Très populaire au Japon, des experts estiment que sa présence en J-League a généré plus de 100 millions de dollars (82,3 millions d’euros) de revenus en billets et en merchandising. Côté sportif aussi le Vissel Kobe profite de l’arrivée d’Iniesta : le club remporte son premier titre un an après son arrivée, une Coupe du Japon en 2019, puis une Supercoupe du Japon en 2020. Le club a aussi participé pour la première fois de son histoire à la Ligue des champions asiatique. Un environnement donc très favorable, qui donne envie au milieu de terrain de rester au moins deux ans de plus : «Je me suis toujours senti aimé plus que tout et le présent et l’avenir, en ce moment, passent par Kobe.»

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *