Football – Etranger – Jeté par Barcelone, Luis Suarez a repris vie à Madrid

SPORT

Couronné champion ce samedi avec l’Atlético Madrid, Luis Suarez s’est relevé après une fin d’aventure à Barcelone rocambolesque. Devenu indésirable en Catalogne, l’Uruguayen exportait finalement, au bout de plusieurs rebondissements, dont un examen d’italien, son sang-froid et sa science de la finition à Madrid, chez les Colchoneros. Sous les ordres de Diego Simeone, il a retrouvé un instinct de buteur, qui semblait s’être dissipé après six saisons sur la pelouse du Camp Nou. Avec le Barça, il avait pourtant trompé les portiers du championnat espagnol à seize reprises lors de sa dernière saison avec le maillot blaugranas. 

Un total respectable, tout en sachant qu’il n’avait disputé que 28 rencontres. Pas suffisant au goût des dirigeants barcelonais qui l’ont poussé assez violemment vers la sortie d’après le principal intéressé. Ce dernier s’est plusieurs fois lamenté dans les médias du traitement qui lui avait été réservé pour ses derniers jours en Catalogne. «Quand Barcelone m’a dit qu’ils ne comptaient pas sur moi, c’était dur, je ne m’y attendais pas. Ce furent des moments très difficiles à cause de la manière [dont cela s’est passé]», disait-il en février dernier. «Nous sommes des adultes, j’étais à Barcelone depuis six ans. Il y avait d’autres façons de me parler, de me dire que le club voulait changer de cycle. Mais la manière n’était pas bonne et ça dérangeait aussi Leo (Messi), confiait Suarez après un match de sélection en octobre 2020.  Jeudi, vendredi, samedi, dimanche, tous les jours jusqu’à mes débuts ont été difficiles, ce que je vivais m’a fait pleurer. Je n’ai pas très bien pris les messages du club signifiant qu’ils voulaient changer d’ère».

«Ils m’ont sous-estimé»

Luis Suarez

Lâché par son amour catalan, l’ancien de l’Ajax, comme tout nouveau célibataire séduisant, se retrouvait alors courtisé. Des Italiennes se font remarquer, mais c’est bien une Espagnole qui met finalement le grappin sur le buteur. Le mariage parfait. «Lorsque Barcelone a officialisé le fait qu’ils ne comptaient pas sur moi, des conversations ont commencé avec l’Atleti, avec Cholo [Simeone], avec Miguel Angel…Il y avait un intérêt de nombreux clubs, pas seulement de la Juventus. Je voulais prendre la bonne décision, la meilleure pour moi et ma famille», racontait-il en début d’année. «Barcelone ne m’a pas valorisé… ils m’ont sous-estimé et l’Atletico a ouvert ses portes pour me donner une opportunité. Je serai toujours reconnaissant à ce club de me faire confiance», expliquait-il ce samedi, ému aux larmes par le titre conquis avec sa nouvelle formation. 

Car ce titre, le premier depuis 2014, le onzième de l’histoire des Matelassiers, Luis Suarez en est un des grands artisans. D’une influence quelconque les soirs de Coupe d’Europe (aucun but ni passe décisive), le «Pistolero» a été autrement plus diabolique les week-ends en Liga. Pour cet exercice 2020-2021, l’Uruguayen a inscrit 21 buts en championnat, terminant quatrième meilleur buteur, derrière son ancien compère d’attaque, Lionel Messi (30 buts) ainsi que le duo Gerard Moreno-Karim Benzema (23 buts). Il a également délivré trois passes décisives. Statistiquement, sa copie est dans la norme de ce qu’il a produit depuis son arrivée de l’autre côté des Pyrénées, puisque c’est son quatrième exercice le plus prolifique en terme de réalisations. 

Parfait cocktail avec Simeone

Côté pelouse, il a parfaitement assimilé la doctrine de Diego Simeone. Combatif et généreux dans les efforts, son profil a parfaitement collé aux attentes et aux besoins du coach argentin, en manque d’un véritable leader offensif depuis le départ d’Antoine Griezmann… pour le Barça. Le Français attend toujours le premier titre de champion de sa carrière, alors que Suarez en remporte un cinquième sur sept possibles. Une mentalité de vainqueur, essentielle dans la course au titre surtout lorsque les Colchoneros ont subi une défaillance cet hiver et se sont mis à dilapider toute l’avance qu’ils comptaient mi-saison. Salvateur en inscrivant le but de la victoire en toute fin de match face à Osasuna (2-1) la semaine dernière, alors que le Real se voyait déjà dépasser son voisin, Suarez a porté son équipe en cette fin de saison. C’est encore lui qui inscrivait le but de la victoire ce samedi face à Valladolid (2,1, 67e). «Suarez est un homme racé, qui aime la défiance, un « goleador », un type qui poussé à la sortie par un club aussi extraordinaire que le Barça, a voulu continuer à prouver qu’il est vivant. L’équipe l’y a aidé et il s’est engagé, il s’est senti très à l’aise et il a fini par faire une saison fantastique», décrivait son entraîneur. 

Un changement d’air bénéfique à la fois pour le joueur et pour son club. Si l’accord financier entre Barcelone et l’Atlético est assez complexe et flou, d’après Sport, les Catalans paieraient encore 7,5 millions d’euros de salaire à l’ex-joueur de Liverpool. Le club madrilène n’aurait déboursé qu’entre deux et six millions pour s’attacher ses services. Une modique somme compte tenu de ses performances. 

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *