Football – Etranger – Quatre choses à savoir sur l’Atlético Madrid

SPORT

Rouge et blanc, héritage basco-anglais

L’Atlético Madrid naît le 26 avril 1903, dans les salons de la société basco-navarraise de Madrid, à quelques pas de la Puerta del Sol, dans la tête d’étudiants-ingénieurs originaires de Bilbao emballés par le récent succès de leur club en Biscaye, né cinq ans auparavant, l’Athletic Bilbao (1898). Grand bassin industriel de l’Espagne, la Biscaye entretient des relations économiques étroites avec l’Angleterre. En 1902-1903, pour la première édition de la Coupe du Roi, l’Athletic Bilbao adopte un maillot à deux larges bandes bleu et blanc, importé directement du club anglais de Blackburn, au nord de Manchester. C’est donc dans ce même uniforme bleu et blanc que l’Atlético Madrid, alors filiale de l’équipe de Bilbao, commence son existence.

Mais en janvier 1910, un joueur et dirigeant basque du club madrilène, Juan Elorduy, est chargé par ses homologues de Bilbao de se rendre en Angleterre pour acheter de nouveaux jeux de maillots bleu et blanc pour l’Athletic Bilbao et l’Atlético Madrid, car il n’y a que là-bas que l’on trouve alors des maillots de qualité, confectionnés expressément pour le football. Arrivé au dernier jour de son voyage, Elorduy n’a toujours pas trouvé de maillots de Blackburn. Il se retrouve à Southampton, prêt à embarquer dans le ferry qui le ramènera en Espagne. Il n’y trouve que les maillots rouge et blanc de l’équipe locale. Il en achète 50 exemplaires, 25 pour l’Athletic Bilbao et 25 pour l’Atlético Madrid. Un an après son grand frère basque (9 janvier 1910), l’Atlético Madrid étrenne ses nouveaux maillots rayés rouge et blanc le 22 janvier 1911. Dix ans plus tard, en 1921, la succursale madrilène adoptera un short bleu pour se différencier du club de Bilbao, qui évolue avec un short noir.

Un surnom original : les «Matelassiers»

Ce sont ces mêmes couleurs qui ont octroyé son surnom le plus caractéristique à l’Atlético Madrid : les «Colchoneros», (matelassiers, en espagnol). Durant l’après-guerre civile en Espagne, les matelas étaient souvent recouverts d’un drap rayé blanc et rouge, d’où ce surnom original. L’autre sobriquet fréquemment employé pour désigner l’Atlético est le club des «Indiens», car les joueurs évoluent en couleurs bariolées et rivalisent avec les «blancs» du Real Madrid. Ce qualificatif s’est principalement répandu dans les années 1960 et 1970, quand l’Atlético a commencé à recruter de nombreux joueurs sud-américains.

» LIRE AUSSI – L’Atlético sacré roi d’Espagne

Un club dirigé par un magnat du cinéma

Devenu une entreprise (société anonyme sportive) au début des années 1990 pour entrer dans le moule exigé par le gouvernement, l’Atlético Madrid n’est depuis lors plus détenu par ses socios (supporters-actionnaires). Aujourd’hui, l’actionnaire majoritaire du club (52% des parts) est Miguel Angel Gil Marin, fils de l’ancien président emblématique du club (1987-2003) Jesus Gil, décédé en mai 2004. Les autres actionnaires sont le milliardaire israélien Idan Ofer (31%), Enrique Cerezo (15%) et les socios (2%). Depuis 2003 et la démission de Jesus Gil, le président du club est le magnat du cinéma espagnol et producteur de télévision Enrique Cerezo. Selon la presse spécialisée, il possède plus de 70% des parts du marché du cinéma espagnol.

Un prestige moindre que le Real Madrid

L’Atlético a depuis toujours évolué dans l’ombre du «grand club» de la capitale, le Real. La «Maison blanche» a toujours attiré la lumière, avec ses maillots immaculés, son historique stade Santiago-Bernabeu, ses stars et son palmarès inégalable (34 Ligas, 13 Ligues des champions). Si l’Atlético Madrid n’est pas le représentant de la classe ouvrière de la banlieue madrilène, comme Leganés ou surtout le Rayo Vallecano, il incarne toutefois des valeurs populaires héritées de son patrimoine industriel et de son lien de parenté avec l’Athletic Bilbao. Et il gagne plus souvent…

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *