Football – Euro 2020 – France-Pays de Galles : Coups de cœur et coups de griffe de notre envoyé spécial

SPORT

Envoyé spécial à Nice

Coups de cœur

La classe de Benzema
Tout a été dit, écrit, commenté sur lui depuis le 18 mai et l’annonce de sa présence dans la liste des 26. Il se savait attendu de toute part, soumis à une immense pression et comme tout grand joueur, cet ensemble de choses n’a fait que glisser sur lui. S’il n’a pas marqué, raté un penalty et vu ses tentatives repoussées par Ward, Karim Benzema a laissé entrevoir des promesses de haute volée. Intelligent, classieux, excellent dans le jeu de remise, précieux dans sa capacité à toujours trouver des solutions en limitant son déchet, le Madrilène a tout simplement été à la hauteur des attentes. Et ça sans trouver le chemin des filets. Bien sûr, le public français attend de le voir dans un autre contexte, face à une meilleure nation, à onze contre onze. Mais pour un retour après quasiment six ans au cachot, la copie n’est que plus prometteuse.

» LIRE AUSSI – Deschamps après le 3-0 des Bleus: «On ne doit pas s’endormir sur nos lauriers»

Tolisso veut la bagarre
Vous connaissez tous le fameux adage du : « on joue comme on s’entraine ». Corentin Tolisso en est un bel exemple. Avec Karim Benzema, il est le Bleu le plus séduisant depuis le début de la préparation à Clairefontaine et l’a prouvé mercredi soir. Dans une position de sentinelle, entouré d’Adrien Rabiot à gauche et Paul Pogba à droite, le Munichois a répondu présent et rassuré Didier Deschamps. Sur son physique –lui qui revient de longue blessure- et son volume de jeu. Au point de bousculer l’ordre établi au sein de l’entrejeu des champions du monde ? Si cela semble peu probable avec N’Golo Kanté et Paul Pogba, le match pourrait avoir lieu avec Adrien Rabiot.

Coups de griffe

Vite le retour du public
On a beau le savoir, le répéter et s’en rendre compte une fois sur place, un match de football avec autant de stars au m2 est un gâchis sans nom. Mercredi soir, dans la douceur printanière de l’Allianz Riviera, le huis clos en raison du contexte sanitaire s’est mué en vrai supplice. Pas en raison du spectacle sur la pelouse car les Bleus ont été au rendez-vous, mais pour l’absence de ferveur, le manque de soutien et de vie tout simplement. Mardi prochain, 5000 spectateurs sont attendus au Stade de France dans une enceinte qui en accueille quinze fois plus habituellement, mais c’est un bon début. Et le signe d’un retour à la vie normale. Il était temps.

» LIRE AUSSI – Pas de but pour Benzema, mais des promesses et un bon début pour les Bleus

L’application bête et méchante du règlement
Quand on vous dit que certains arbitres manquent de psychologie. C’est le cas de Monsieur Godinho, qui a décidé d’expulser Williams dès la 25e minute de jeu après une main sur une frappe de Benzema. Si le penalty est logique, le carton rouge beaucoup moins. Pour une application bête et méchante du règlement. Et après certains officiels se plaindront de voir des robots prendre leur place … Dans pareille situation, l’humain et la compréhension doivent l’emporter. Quel intérêt d’expulser le Gallois aussi tôt dans le match ? L’officiel portugais a faussé la rencontre. Ni plus ni moins.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *