Football – Ligue 1 – Barrage L1/L2 : avant d’affronter Toulouse, le FC Nantes au bord du vide

SPORT

C’est ce jeudi (20h45) au Stadium, puis ce dimanche (18h) à la Beaujoire, qu’un des clubs les plus mythiques du football français jouera son avenir. Peut-être encore plus qu’en 2007 et 2009, dates de ses dernières relégations en Ligue 2. Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, peut se ronger les ongles. Il sait ce que signifierait une descente dans le contexte sportif et économique de 2021. Ce contexte aux contours dessinés par la crise sanitaire, et donc financière depuis plus d’un an, et saupoudré de l’échec du diffuseur Mediapro, brouillant les pistes quant aux revenus des droits TV. Mais les raisons de la terreur ne s’arrêtent pas là. L’idée d’une Ligue 1 à 18 clubs à compter de 2022 prend de l’ampleur au sein de la Ligue professionnelle de football (LFP). Moins de monde dans l’élite, ça veut dire plus de concurrence pour y retourner. Et rend de facto la relégation plus effrayante. «Il faut se remettre les têtes à l’endroit car deux gros matches nous attendent», agitait Antoine Kombouaré, entraîneur des Canaris, dimanche à l’issue d’une ultime défaite contre Montpellier (1-2) qui envoyait Nantes en barrage pour sauver sa peau.

«Si tu travailles mal, tu vas en Ligue 2 et il y a une baisse de salaire très très forte»

Antoine Kombouaré, entraîneur du FC Nantes

Ce barrage face à Toulouse, 3e de L2 et lanterne rouge de L1 la saison précédente, il vaut cher de par l’ombre du passage à 18 clubs donc. Mais il y a aussi les spécificités nantaises. Début avril, dans les colonnes du quotidien Ouest France, le patron du groupe Synergie, principal sponsor maillot du club, prenait la parole. «Waldemar Kita sait qu’on ne restera pas sponsor si le club passe en Ligue 2», avertissait Daniel Augereau, président du directoire. Kita, président du FC Nantes depuis 2007, a donc joué son va-tout : une prime exceptionnelle de 50.000€ pour chaque joueur en cas de maintien. «Je peux comprendre» que ça puisse choquer, concédait Kombouaré. Les Canaris n’ont jamais fini sous la 14e place en L1 depuis leur remontée en 2013. Jouer ainsi le maintien, ce n’était pas l’objectif du début de saison. «Si tu travailles mal, tu vas en Ligue 2 et il y a une baisse de salaire très très forte. On sera alors tous sanctionnés», a souligné Kombouaré, qui symbolise malgré lui la sortie de route nantaise.

Les supporters ont enterré le «FC Kita»

C’est une lapalissade que de dire que le FC Nantes a raté sa saison. Il a surtout pris quelques virages loufoques. En point d’orgue, les sept petites semaines sous Raymond Domenech, ancien sélectionneur des Bleus, qui n’avait plus goûté à un banc depuis le fiasco du Mondial 2010. «Raymond Domenech va nous expliquer sa vision du football, de quoi nous faire marrer pour les prochains week-ends au Kita Circus», crachait une sono près de la Jonelière, le centre d’entraînement du club, le jour des débuts de Domenech. Le «Kita Circus», c’est le surnom donné par les supporters à leur club de cœur, en référence à sa gestion jugée ridicule par le dirigeant franco-polonais.

Dimanche, avant même de savoir si Nantes devrait passer par un barrage pour se maintenir, des membres du groupe ultra de la Brigade Loire ont fait passer un message. Ils ont enterré un petit cercueil noir sur lequel il était écrit «FC Kita». «Rendez-nous le FC Nantes», pouvait-on lire sur une banderole. Au point où ils en sont, les supporters en viennent presque à espérer la relégation, qui risquerait de pousser Kita (68 ans) loin de la Beaujoire. C’est pour éviter un tel effondrement que Kombouaré a enfilé l’uniforme de pompier de service en février dernier, succédant à Domenech qui succédait lui-même à Christian Gourcuff. La mission commando du Kanak s’achèvera dimanche à domicile. Mais elle commence jeudi sur les bords de la Garonne, chez une équipe toulousaine rajeunie et qui rêve de faire l’ascenseur, un an après avoir quitté la Ligue 1.

Le sport en vidéo : le top 5 des buts de l’AS Monaco en Ligue 1 sur la saison 2020-21

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *