Football – Ligue 2 – Bizut en Ligue 1, Clermont veut éviter de reprendre l’ascenseur

SPORT

Après avoir flirté plusieurs années avec l’accession, voilà Clermont 2e de Ligue 2: le club auvergnat accède pour la première fois à l’élite du football français où il misera sur un recrutement malin et des moyens financiers raisonnables pour éviter de reprendre immédiatement l’ascenseur. Le Puy-de-Dôme et plus largement l’Auvergne accueillent avec fierté cette montée, validée après un parcours salué notamment par les médias, le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi (PS), ou les figures du sport local comme les rugbymen de l’ASM Clermont ou le perchiste Renaud Lavillenie.

» LIRE AUSSI – Ligue 2 : Clermont promu, Caen sauvé et Chambly relégué

Le Clermont Foot est présidé depuis 2019 par le Suisse Ahmet Schaefer, un entrepreneur zurichois de 40 ans spécialisé dans le football, ancien collaborateur de Sepp Blatter à la Fifa et consultant en droits sportifs, qui a racheté le club pour environ cinq millions d’euros. Et pour réussir son entrée chez les grands, Clermont compte s’inspirer du fonctionnement d’Angers lorsque le SCO est monté dans l’élite en 2015, avec de belles saisons depuis (au pire une 14e place).

Angers comme modèle  

«Nous avons une équipe qui marche tellement bien qu’on a envie de continuer avec ce groupe. Une troisième saison en commun ferait gagner du temps dans la préparation et il y a cette énergie positive qui pourrait se manifester dans les premiers matches», avait confié M. Schaefer, dans un entretien paru mi-mars dans le quotidien local, La Montagne. Compte tenu des futurs droits TV après l’échec de Mediapro et de la situation financière dans laquelle pourraient se trouver plusieurs clubs en vue de soulager leur masse salariale, Clermont espère saisir des opportunités avec des prêts avec option d’achat en cas de maintien ou sur des transferts peu onéreux.

Et il espère attirer des profils de joueurs qu’il n’aurait pas pu recruter s’il était monté il y quelques années. «Le but est d’aborder cette première saison de façon saine, d’un point de vue sportif comme financier», avait encore suggéré Ahmet Schaefer, discret sur le budget dont il pourrait disposer. Il était cette saison de 10 M€, le 10e de la Ligue 2. Le club doit aussi se pencher sur le problème du stade Gabriel-Montpied, inauguré en décembre 1995 et jamais terminé, avec une seule tribune en dur d’une capacité de 8.000 places.

La contenance totale de l’enceinte sera portée de 11.000 à 15.000 places avec des structures tubulaires et modulables en cas de redescente, y compris pour les prestations qui seront proposées les soirs de matches. Olivier Bianchi, maire de Clermont et président du conseil métropolitain, compte faire adopter par la Métropole des travaux d’aménagements pour le stade à hauteur de 3 millions d’euros. Les premiers matches pourraient se jouer soit à l’extérieur soit au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne. Administrativement, le Clermont Foot renforcera son personnel avec des contrats à durée limitée, là aussi conditionnés au maintien.

La Coupe avant l’élite

Cette accession en Ligue 1 récompense un long processus pour un club jeune, fondé en 1990 après la faillite du Clermont FC où ont notamment évolué en 2e division (1988-1989) et en fin de carrière, le Polonais Andrzej Szarmach (entraîneur-joueur) et Serge Chiesa. Le Clermont Foot, en Ligue 2 depuis 2007, flirte depuis plusieurs saisons avec les places d’honneur après s’être illustré, alors qu’il évoluait en National 2 (4e div.), en Coupe de France avec l’élimination du Paris Saint-Germain (1997) ou celle du champion de France, Lyon (2005), ou encore un quart de finale de Coupe la Ligue (2005).

Entraîné depuis septembre 2017 par Pascal Gastien (57 ans), successeur de Corinne Diacre (2014-2017), première femme à diriger une équipe professionnelle masculine, Clermont était déjà en course pour l’accession la saison dernière au moment de l’arrêt des championnats, en raison de la crise sanitaire. Toutefois, ses recours, portés également par Troyes et l’AC Ajaccio, jusqu’au Conseil d’Etat pour disputer les barrages, annulés par les instances, avaient été retoqués.

Pas de quoi décourager les Auvergnats qui ont remporté cette saison 21 victoires pour neuf résultats nuls et huit défaites avec la meilleure défense (25 buts encaissés) et la meilleure différence de but. Une dynamique qu’ils espèrent conserver à la reprise.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *