Hamdaoui (Stade Français) : «Notre entame de match, c’était un cauchemar»

SPORT

L’arrière parisien revient sur le début de match totalement raté de son équipe contre le Racing 92. Un retard à l’allumage qui a été fatal au Stade Français.

C’est un cauchemar que vous avez vécu contre le Racing 92 ?
Kylan Hamdaoui : Non, un cauchemar, quand même pas… On est déçus, c’est sûr, parce qu’on aurait pu faire bien mieux et que la première mi-temps était catastrophique. Mais on est quand même contents de la saison que l’on a faite. On part de loin, on sort de saisons compliquées donc on est quand même contents.

Le cauchemar, c’était ces trente premières minutes…
Ah oui, c’était clairement un cauchemar. On prend trois essais en un quart d’heure. On commence le match et, au bout de cinq minutes, on a une mêlée à 5 mètres contre nous. On a connu une entame de match catastrophique. Après, on s’est réveillé en seconde mi-temps mais, dans ce genre de matches, c’est trop tard…

Comment expliquez-vous ce mauvais départ ?
Je ne sais pas, j’ai l’impression que c’est l’effet papillon. Ça a fait boule de neige… On commence, on fait un petit coup de pied par-dessus, on se retrouve dans nos 5 mètres. Après, ils marquent direct. Sur le coup d’envoi, on prend une pénalité, ils reviennent encore. On a enchaîné les fautes et on leur a donné pas mal de munitions. Et ils ont scoré à chaque fois. Ils nous ont mis la tête sous l’eau et après, contre une équipe comme ça, c’est compliqué de revenir.

« Je ne pense pas que l’on ait énormément à envier à la ligne de trois-quarts du Racing… »

Kylan Hamdaoui

Quand votre ouvreur Joris Segonds joue ce premier coup de pied par-dessus la défense, c’est une zone que vous aviez repérée ?
Pour moi, il ne se débarrasse pas du ballon, c’est moi qui l’appelle. Le Racing montait très fort, ils ont une très bonne défense, ils sont très agressifs. Du coup, on a voulu jouer par-dessus. Mais lorsqu’il (Segonds) le fait, il trébuche. Moi aussi je m’emmêle les pinceaux avec un joueur du Racing, je tombe aussi. Ça fait que Kurtley Beale fait une bonne relance et nous met sous pression. Après, c’est un problème de réalisation et un manque de pot qui font que ça finit en cagade. On n’a pas bien joué au pied.

En quoi la ligne de trois-quarts du Racing est-elle si spéciale ?
Ils ont un peu tout. Ils ont des individualités, ils jouent bien ensemble, ils sont physiques. Ils sont très bons. Après d’autres équipes dans notre championnat ont de très belles lignes de trois-quarts. Je ne pense pas que l’on ait énormément à leur envier. Même si c’est vrai que, sur ce match, ils nous ont été supérieurs. Ils jouent juste et dans l’avancée, c’est plus facile. Mais en seconde mi-temps, on les a bien contrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *