Hazard et De Bruyne de retour : la Belgique retrouve ses cadres

SPORT

Opposée à la Finlande, la Belgique pourra compter sur Hazard et De Bruyne pour assurer sa première place.

L’entrée de Kevin De Bruyne a tout changé. Entré à jeu à la pause contre le Danemark (2-1), le milieu offensif s’est occupé de tout, en délivrant une passe décisive géniale pour Thorgan Hazard puis en inscrivant le second but d’une frappe du gauche non moins splendide. Passeur puis buteur, «KDB» a enfilé le rôle du sauveur pour inverser la tendance en un petit quart d’heure. Autant de signes s’il en fallait que le Mancunien n’a rien perdu de son appétence à influer sur le cours d’une rencontre, et ce en dépit de plus de deux semaines d’indisponibilité liées à sa blessure au visage en finale de Ligue des champions (0-1 contre Chelsea, 29 mai).

Une blessure puis une opération qui n’ont manifestement rien altéré de sa vision du jeu, son «assist» pour T. Hazard en est une parfaite illustration. «Je savais qu’il y avait un espace libre car c’est le latéral droit qui venait me presser, a expliqué KDB vendredi. J’essaye toujours de créer des occasions pour mon équipe, ce n’est pas le plus important de marquer des buts.» Dans une configuration où 9 joueurs sur 10 auraient frappé, l’ancien joueur de Wolfsburg a lui inventé une passe décisive parfaite. «On connaît tous le talent de Kevin, mais ce qu’il a montré, c’était chirurgical, s’est réjoui son sélectionneur Roberto Martinez. Il a changé la manière de jouer de l’équipe.» Le coach espagnol a par ailleurs confirmé que son maître à jouer serait titulaire lundi contre la Finlande (21h), contre qui il avait effectué ses débuts avec les Diables il y a près de onze ans.

Thorgan Hazard forfait

Mais ce retour n’est pas le seul à mettre au bénéfice d’une armada déjà pourvue d’une force de frappe enviée ailleurs. Entré en jeu quelques minutes après le but égalisateur de son frère, Eden Hazard a immédiatement repris son brassard de capitaine à Jan Vertonghen et effectué une demi-heure de jeu très intéressante, où il est apparu très en jambes, alternant le jeu simple et quelques fantaisies dont il a le secret (et la maîtrise). L’ancien lillois sera lui aussi titulaire à Saint-Pétersbourg pour ce dernier match du groupe B, où un match nul suffirait à assurer la première place à sa sélection. Il remplacera son frère cadet, qui ne fera pas le déplacement en raison d’une blessure à un genou. Ajoutez à cela le retour d’Axel Witsel, qui a disputé ses premières minutes depuis janvier à Copenhague, et vous obtenez une sélection en pleine possession de ses moyens.

Et une équipe qui ne chamboulera rien pour autant, puisque le système en 3-4-2-1 devrait rester la norme, avec l’artilleur maison Romelu Lukaku, élu homme du match lors des deux premières rencontres, en pointe. Witsel devrait suppléer Dendoncker au milieu tandis que De Bruyne remplacera le décevant Mertens à droite, tout en jouissant de son habituelle liberté de placement dans l’animation. «Le test est de savoir s’ils sont capables de jouer tout un match», prévoit le sélectionneur. Une sorte de laboratoire, finalement, ce match contre la Finlande ? Alors que quelques incertitudes demeurent en défense, où la place du Lyonnais Jason Denayer est remise en question. Une chose est sûre, en ajoutant De Bruyne, Hazard et autres Witsel, on a plus de chances d’hériter la bonne formule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *