Kaïs Saïed, cible de choix de la machine de désinformation islamiste (vidéo)

A LA UNE France POLITIQUE Tunisie




Kais Saied et son accusateur Moncef Bey, ancien officier de l’armée.

Le complotisme fait des ravages en Tunisie aussi. Après le dangereux complotiste pro-islamiste Hichem Meddeb, ancien cadre du ministère de l’Intérieur, qui sévit sur la chaîne Zitouna TV, financée par le parti islamiste Ennahdha et diffusant illégalement ses programmes depuis 2012, voici un autre dangereux complotiste pro-islamiste qui est, lui, un officier de l’armée nationale à la retraite répondant au nom de Moncef Bey. Vidéo.

Par Imed Bahri

Via une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux, ce fou à lier lance de très graves accusations, complotistes et mensongères, sans la moindre preuve, contre le président de la république Kaïs Saïed.

Selon lui, ce dernier est un agent des Émirats arabes unis qui lui ont versé 5 milliards de dollars dans un compte en son nom ouvert dans une banque suisse, pour qu’il commette son «coup d’Etat», par allusion à l’annonce des mesures exceptionnelles, le 25 juillet dernier, et fasse ainsi avorter la seule révolution qui a réussi dans le monde arabe, «la seule bougie qui éclaire encore», dira-t-il, un brin lyrique.

Les «ingénieurs du chaos» à la manœuvre

L’officier à la retraite ajoute que cette opération, déjà menée avec Abdelfattah Al-Sissi en Egypte, a lieu avec l’accord de la France, qui est prête à accueillir Saïed lorsque, face à colère des Tunisiens (sic!), ce dernier sera obligé de fuir la Tunisie. «C’est un hypocrite, un menteur et un agent de l’étranger, qui est prêt à faire appel à l’armée pour réprimer le peuple», affirme sans ciller cet ancien officier militaire, relayant ainsi ce que les dirigeants d’Ennahdha et leur larbins répètent à l’envi dans les coulisses.

Ce type est l’archétype de l’«ingénieur du chaos» dont Arte a parlé dans son Thema du mardi 5 octobre courant consacré à la désinformation généralisée à laquelle recourent les hommes politiques dans leurs campagnes «politichiennes». Ses accusations, largement partagées par les internautes pro-Ennahdha, se répandent comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux.

Les islamistes, des as de la désinformation

Avec la machine médiatique du Qatar, celle des Frères Musulmans et les professionnels de la désinformation et de la diffamation qui sévissent impunément sur les réseaux sociaux sans rien risquer, l’opinion publique est intoxiquée et c’est l’avenir du pays qui est en jeu. Et le pire dans cette histoire, c’est que la justice reste impassible face à ces graves abus. Est-elle désarmée, impuissante, complaisante ou franchement complice? C’est tout cela à la fois, car les impuissants sont souvent simplement des complices, qui, par calcul ou par lâcheté, laissent faire.

Pire encore, si, par acquit de conscience, un procureur de la république se résigne à convoquer cet ancien officier de l’armée pour l’interroger sur ses propos, il se trouvera des margoulins, des politiciens merdeux ou des droits-de-l’hommistes à la noix, idiots utiles ou mercenaires intéressés, pour crier à la liberté d’expression en danger…

Vidéo.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *