Lemaître, président de Toulon: «Il y a eu trop de matches qui ont insupporté tout le monde»

SPORT

Le président du RCT, accompagné du directeur sportif Laurent Emmanuelli et du manager Patrice Collazo, a réalisé le bilan de la saison du club varois au RCT Campus.

A Toulon,

La déception est à la hauteur des attentes de Bernard Lemaître. Le propriétaire des Rouge et Noir voyait en grand pour sa troisième saison. Mais, comme pour sa première année (9e place en Top 14), le RCT n’a pas réussi à rallier les phases finales après une humiliante défaite sur la pelouse de Castres, lors de la dernière journée. Face aux journalistes, le boss du Rugby Club Toulonnais a posé un constat lucide et franc en qualifiant d’«échec» l’exercice passé.

> > LIRE AUSSI – RC Toulon : «Marqué» par la saison, Patrice Collazo a entamé une profonde remise en question

Son bilan de la saison du RCT: «Pendant 70% de la saison, nous avons été entre la 6 et la 3e place. C’était la raison pour laquelle j’avais des espoirs. Avec le retour des blessés, des joueurs qui ont contracté le Covid-19, et des internationaux, nous avions des espoirs justifiés pour bien nous comporter dans la phase finale. C’est un échec. C’est la conséquence de défaite que nous n’aurions pas dû subir. En particulier, les deux matchs contre Bayonne. La différence, c’est 8 points, et ils nous manquent à la fin. Au-delà de l’échec, il y a eu trop de matches qui ont insupporté tout le monde. Ils questionnent les journalistes, ils insupportent les supporters, et ceux qui soutiennent le club. On prend 40 ou 50 points, ce n’est pas acceptable. Les causes, ce sont l’état d’esprit et la solidarité collective qui ne sont pas présents sur certains matches. Dans ces conditions-là, on n’est pas Toulon. Et à Toulon, on doit être Toulon. Toulon, c’est quoi ? C’est une certaine éthique de comportement sur le terrain, qui est connue et qui fait la réputation du club. On doit s’attacher à retrouver cette éthique très vite. Il n’y aura pas de deuxième saison comme ça. Je parle pour moi en particulier.»

Certains joueurs se regardent parfois le nombril. Ils ne se rendent pas compte de la situation, et dans la situation où ils ont mis le club

Bernard Lemaître

Ses critiques envers les joueurs : «Les défaites collectives par 30, 40 ou 50 points, c’est tout simplement impensable. C’est le signe d’une défaillance collective. Quelque part, il y a donc un groupe qui lâche. Quelques individus essayent de résister sporadiquement. Mais, ce n’est pas cela une équipe. On doit retrouver cette notion. Si on n’arrive pas à la retrouver, il y aura des choses à faire. L’éthique morale, c’est avant tout l’exigence personnelle du joueur qui prétend être un professionnel par rapport à lui-même et par rapport à l’équipe. Quand cette éthique de travail n’est pas suffisante, le joueur ne contribue pas comme il doit le faire. Nous savons que certains joueurs ne sont pas dans ce cadre. Certains peuvent être internationaux aujourd’hui et ne sont pas dans ce cadre précis. Ce n’est pas acceptable. Certains joueurs se regardent parfois le nombril. Ils ne se rendent pas compte de la situation, et dans la situation où ils ont mis le club. Sur ce point, on sera beaucoup plus exigeant. Je veux plus de travail individuel, plus de travail collectif, plus de sens du collectif… Un leadership doit s’exercer, et le meilleur leadership c’est un groupe où chaque individu se prend en charge.»

L’objectif pour le club est de faire baisser sa moyenne salariale sur les trois prochaines années. J’entends les hurlements sur les réseaux sociaux disant que nous avons perdu de l’ambition, je le dis, l’ambition reste intacte

Bernard Lemaître

Ses interrogations concernant le respect du salary cap en Top 14:
«À Toulon, la limite, c’est celle du salary cap. À l’époque précédente, des contrats de joueurs ont été signés par mon prédécesseur. Ils ont des salaires extrêmement élevés. Ils pèsent lourd dans le calcul du salary cap. C’est limitant. Des supporters s’étonnent des départs des frères Taofifenua. Ils ont raison. Ce sont deux joueurs que nous estimons. Mais, c’est un exemple de cas où l’on est obligé de libérer des joueurs pour pouvoir en payer d’autres. Les recrutements effectués cette saison le sont à des prix très, raisonnables, des prix de marché. Des prix qui sont plutôt tirés vers le bas. L’objectif pour le club est de faire baisser sa moyenne salariale sur les trois prochaines années. J’entends les hurlements sur les réseaux sociaux disant que nous avons perdu de l’ambition, je le dis, l’ambition reste intacte. On doit faire avec ce que l’on peut. Certains clubs en Top 14 peuvent poser des questions en termes de masse salariale. Le problème leur appartient. Pour notre part, on a décidé d’être vertueux dans ce domaine-là.»

Savea a dérouté Laumape du RCT : «En ce qui concerne le poste de premier centre, j’étais sur la piste d’un joueur très impressionnant. Nous étions dans les clous sur la proposition. Mais finalement, son épouse a préféré une autre ville que celle de Toulon comme cadre de vie. Ça a influencé le joueur. Certains propos tenus, par un ancien collègue All Black qui est parti, ont pu le faire réfléchir. Il est allé ailleurs. On le regrette, on avait fait un énorme travail. On a vraiment essayé de le faire venir. Mais, on est toujours sur un calibre dans ce domaine notamment au poste de numéro 12. Il pourrait apporter une plus-value particulière.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *