Max Verstappen mate (encore) les Mercedes

SPORT

En pole position ce dimanche lors du Grand Prix de France, Max Verstappen assoit un pour plus sa domination et celle de sa monoplace. Les Mercedes sont encore un cran en dessous, à moins que les conditions climatiques ne changent tout.

Mercedes annonçait avoir trouvé les raisons de ses deux échecs consécutifs à Monaco puis à Bakou (Azerbaïdjan). La firme allemande avançait également que ses bévues étaient surtout liées au fait qu’il s’agissait de deux circuits urbains, aux profils assez atypiques par rapport aux tracés traditionnels. Finalement, en retrait tout au long des séances d’essais libres ce week-end au Castellet, les Flèches d’Argent n’ont pas vraiment montré un meilleur visage. Certes, il y a eu du mieux, mais la Red Bull de Max Verstappen reste un ton au-dessus de la monoplace allemande.

Le pluie pourrait s’inviter

Le Néerlandais s’est facilement détaché du peloton dès la troisième séance d’essais en s’envolant à plus de sept dixièmes de son plus proche poursuivant, Lewis Hamilton. Un avantage que le pilote Red Bull conservait en qualifications plus qu’il s’est adjugé la pole position avec plus de deux dixièmes d’avance, toujours sur le champion du monde en titre. Encore emprunt lors des essais libres, le Britannique a une nouvelle fois fait bien meilleure figure lorsque le feu vert est donné pour les qualifications. Pas assez pour contester la supériorité de Max Verstappen.

Mais un évènement pourrait tout chambouler dimanche au Castellet. Les prévisions météorologiques font état d’une assez bonne chance d’orage pour la course. À part à Imola, où la pluie venait de s’arrêter quelques minutes avant l’extinction des feux, les pilotes n’ont pas vraiment pu appréhender leur monoplace dans des conditions humides. Des aléas climatiques qui ont la particularité de rebattre les cartes et d’équilibrer un peu le niveau des voitures. Cela pourrait donc servir à Hamilton pour tenter d’embêter le Néerlandais, leader du championnat du monde. Une position encore nouvelle pour le jeune pilote, qui pourrait peut-être le contraindre à jouer la sécurité face à une éventuelle attaque du septuple champion du monde dès le premier virage. Un Grand Prix de France qui promet d’être intéressant, plus que ses deux dernières éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *