Mbappé, Portugal, Ligue 1 : cinq raisons de suivre l’Euro 2020 ce mardi

SPORT

L’Euro 2020 se poursuit ce mardi avec deux matches et non pas trois. Mais la journée est réservée au «groupe de la mort» avec l’entrée en lice de la France.

Le meilleur pour la fin. La première journée de la phase de poules de l’Euro 2020 s’achève ce mardi avec le groupe F, considéré comme «le groupe de la mort». On y retrouve la Hongrie en timide outsider, l’Allemagne toujours redoutable, le champion en titre portugais et les champions du monde français. Journée légère en quantité mais chargée en qualité.

Programme de la journée

Hongrie-Portugal (Groupe F) : 18 heures (beIN Sports 1)

France-Allemagne (Groupe F) : 21 heures (M6 & beIN Sports 1)

Parce que les Bleus entrent en lice

C’est une raison évidente d’allumer la télévision ce mardi soir : l’équipe de France donnera le coup d’envoi de son championnat d’Europe 2020 à Munich, face à l’Allemagne. Les Bleus ont une cible dans le dos, de par leur riche effectif et leur statut de champion du monde. Kingsley Coman n’a pas hésité à qualifier la France de «meilleure équipe du monde», une assertion reprise par Karim Benzema. «Vu les noms, gardiens, défenseurs, milieux et attaquants, sur le papier oui on peut se permettre de le dire», a jugé l’attaquant du Real Madrid. «On a été vice-champions d’Europe, champions du monde. Quand tu fais ce type de résultat, tu ne peux pas te cacher», a ajouté Kylian Mbappé dimanche en conférence de presse.

L’équipe de France à l’entraînement avant son choc face à l’Allemagne ce mardi à l’Euro.

Pour se délecter de l’attaque tricolore

C’est l’objet de fantasmes, surtout depuis le retour de Karim Benzema cinq ans et demi après son dernier match en Bleu. Le Madrilène sort d’une saison d’orfèvre (30 buts et 9 passes décisives en 46 matches). Il devrait être associé, comme lors des deux matches de préparation, à Antoine Griezmann et Kylian Mbappé. Les potentiels entrants en cours de jeu ? Ousmane Dembélé, Wissam Ben Yedder ou Olivier Giroud, dont les frictions publiques avec Mbappé ont parasité l’environnement tricolore. «J’étais un peu affecté par ça mais on ne va pas en faire toute une histoire», a souhaité apaiser l’attaquant du PSG dimanche. Si les deux hommes se retrouvent à évoluer ensemble sur la pelouse de l’Allianz Arena, il sera intéressant d’observer leur connexion qui, sur le papier, fait aussi saliver.

Pour tenter de cerner l’Allemagne

Son écrasante victoire il y a huit jours face à la Lettonie (7-1) peut inquiéter les Bleus. Ou pas. Trois mois plus tôt, l’Allemagne a concédé une défaite embarrassante à domicile, contre la Macédoine du Nord (1-2). «Déshonneur», pouvait-on lire dans le journal Die Welt au lendemain du match. En novembre dernier, l’Espagne lui avait infligé son plus lourd revers (6-0) depuis 1931. Entretemps, Joachim Löw a annoncé que son mandat de 15 ans en tant que sélectionneur s’achèverait à l’issue de l’Euro. Au dernier moment, il a rappelé les champions du monde Thomas Müller et Mats Hummels. «Nous avions pris cette décision (de les écarter) à l’époque car nous voulions laisser de l’espace et du temps aux jeunes joueurs pour se développer, s’est justifié Löw. Mais la pandémie a ralenti cette progression, et c’était maintenant le bon moment pour les rappeler.» L’Allemagne, vrai gros poisson ou faux favori ?

Parce que c’est la journée de la Ligue 1

Qui dit équipe de France dit, au moins un petit peu, Ligue 1. Léo Dubois (Lyon), Wissam Ben Yedder (Monaco) et Kylian Mbappé (Paris Saint-Germain) vont entamer leur Euro 2020 avec les Bleus. Seul ce dernier devrait être titulaire contre l’Allemagne. Il y a aussi les gardiens remplaçants, Steve Mandanda (Marseille) et Mike Maignan (Lille mais déjà transféré à l’AC Milan). Tout comme le Lyonnais Anthony Lopes au Portugal, où on retrouve aussi le défenseur du LOSC José Fonte et le milieu défensif parisien Danilo Pereira. Aucun ne devrait toutefois figurer dans le onze de départ de la Seleção. Pas plus que le compère de Ben Yedder à Monaco, l’Allemand Kevin Volland, face aux Bleus.

Parce qu’il y a Ronaldo… et sa bande

Il n’est pas difficile de se justifier de regarder Cristiano Ronaldo jouer au football. Encore moins quand c’est avec le Portugal à l’Euro, où il pourrait battre des records vertigineux. Mais le quintuple Ballon d’Or n’est pas l’unique intrigue de la sélection vainqueur de l’Euro 2016. Comme la France, le Portugal dispose d’un réservoir offensif à faire pâlir n’importe quelle défense. Le milieu offensif de Manchester City, Bernardo Silva, devrait être titulaire avec Ronaldo. Pour les épauler, on retrouvera le catalyseur de Manchester United, Bruno Fernandes (28 buts et 17 passes décisives en 58 matches cette saison). Reste à trouver un quatrième larron sur l’aile gauche. Le véloce Diogo Jota de Liverpool ? Ou le technicien João Félix ? Ou peut-être une autre animation pour faire de la place à André Silva, auteur de 29 buts en 34 matches de Bundesliga à Francfort ? Comme les Bleus, le Portugal a une attaque de rêve sur le papier. Reste à trouver la bonne formule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *