Pays-Bas, Finlande et gros suspense : cinq raisons de suivre l’Euro ce lundi

SPORT

Avec pas moins de quatre matches au programme, la suite de la dernière journée de la phase de groupes de l’Euro 2020 s’annonce irrespirable.

Ce ne sont pas des matches à élimination directe, mais ça y ressemble énormément. Plusieurs équipes jouent leur qualification en huitièmes de finale de l’Euro 2020 sur leur dernière rencontre de la phase de poules. Une obligation de résultat qui pimente trois des quatre rendez-vous de ce lundi. Voici cinq bonnes raisons de ne plus décoller les yeux de son écran à partir de 18h.

Programme de la journée

Ukraine-Autriche (Groupe C) : 18 heures (beIN Sports 2)

Macédoine du Nord-Pays-Bas (Groupe C) : 18 heures (beIN Sports 1)

Russie-Danemark (Groupe B) : 21 heures (beIN Sports 2)

Finlande-Belgique (Groupe B) : 21 heures (beIN Sports 1)

Parce qu’Ukraine-Autriche, c’est un duel direct

Avant de s’affronter, l’Ukraine et l’Autriche sont à égalité parfaite (3 points, 0 de différence de but, même nombre de buts marqués et encaissés). Le vainqueur à Bucarest ce lundi ira en huitièmes de finale, le perdant sera mal embarqué pour finir parmi les meilleurs 3es. Un match nul pourrait toutefois arranger les affaires des deux équipes, mais il est peu probable qu’elles renoncent à jouer durant 90 minutes. Les Autrichiens n’ont plus passé le premier tour d’un Euro depuis 1964. Pour les Ukrainiens, ce serait une première, eux dont l’équipe nationale n’a vu le jour qu’en 1992.

Parce qu’un match sans enjeu peut rimer avec spectacle

Les Pays-Bas sont déjà assurés de finir premiers du groupe C et la Macédoine du Nord de finir derniers. Rangez vos complexes : les deux camps ne viendront à la Johann Cruyff Arena d’Amsterdam que pour le plaisir de jouer au football. Jusqu’à présent, les matches des Néerlandais face à l’Ukraine (3-2) et l’Autriche (2-0) ont tenu toutes leurs promesses. Petit Poucet de cet Euro 2020, la Macédoine du Nord a vivement bousculé l’Ukraine jeudi dernier (défaite 2-1). «C’est quelque chose d’historique pour la Macédoine de pouvoir disputer un Euro», rappelait le gardien Stole Dimitrievski, qui a repoussé un penalty ukrainien, pour le site Ultimo Diez avant le début de la compétition.

Parce que le Danemark joue sa survie

Il faut gagner, et même cartonner. Avec zéro points et une différence de buts de -2, le Danemark doit lâcher les chevaux contre la Russie, qu’il dépasserait au classement en cas de victoire. Elle peut même griller la priorité à la Finlande si cette dernière perd contre la Belgique dans le même temps. Si ce n’est pas le cas, soigner sa différence de buts lui offrirait potentiellement un ticket parmi les meilleurs 3es. Bref, l’heure n’est plus vraiment au calcul. Les Danois, qui recevront ce lundi à Copenhague, jouent toujours avec le poids émotionnel du presque drame Christian Eriksen, qui a quitté l’hôpital de Copenhague vendredi des suites d’une «opération réussie» a indiqué la fédération, six jours après son arrêt cardiaque lors de Danemark-Finlande.

Parce que la Finlande touche son rêve du doigt

Personne n’aurait misé une pièce sur des Finlandais huitièmes de finaliste à l’Euro 2020, eux qui n’avaient jamais pris part à une Coupe du monde ou un Euro auparavant. S’ils battent la Belgique ce lundi, les Huuhkajat (les hiboux grands-ducs) auront déjà écrit l’histoire de leur sélection. Un match nul suffirait à condition que le Danemark batte la Russie. En cas de défaite, il faudrait un véritable concours de circonstances pour que la Finlande soit qualifiée. «Nous avons souvent été outsiders et nous sommes sortis plus forts», a encouragé le milieu finlandais Glen Kamara.

Parce que la Belgique se pose des questions

Favori, pas favori ? Au rayon des nations difficiles à jauger, la Belgique, déjà qualifiée pour les huitièmes de finale, figure en bonne place. Une erreur de relance de Jason Denayer jeudi contre le Danemark a suffi pour raviver le débat autour de la défense des Diables Rouges, moins pimpante que son attaque de stars. Il a fallu un grand Kevin De Bruyne, de retour de blessure et auteur d’un but et d’une passe décisive en seconde période, pour écarter les Danois (2-1). Le piston gauche Thorgan Hazard, titulaire lors des deux premiers matches, sera absent contre la Finlande car touché au genou. «Rien d’inquiétant», a rassuré le sélectionneur Roberto Martinez. Un accroc face aux modestes Finlandais entacherait un peu plus la confiance du dernier troisième à la Coupe du monde 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *