Roland-Garros : «Merci Macron, Merci Macron !», la séquence insolite dans le public pendant le match Nadal-Djokovic

SPORT

LE SCAN SPORT – Exceptionnellement, le gouvernement a annulé les obligations du couvre-feu de 23h00 pour permettre au public de Roland-Garros d’assister à la fin de la demi-finale, dans une ambiance survoltée.

Novak Djokovic a fait sensation sur le court Philippe-Chatrier vendredi soir en écartant en demi-finale «le roi» Rafael Nadal en quatre manches (3-6, 6-3, 7-6, 6-2). Un match d’anthologie qui a fait chavirer les 5.000 spectateurs privilégiés. Ceux-ci ont eu l’heureuse surprise de pouvoir rester dans les tribunes jusqu’au bout du bras de fer alors, qu’en théorie, le couvre-feu de 23h00 aurait dû leur imposer de rentrer chez eux et regarder la fin du combat sur leur téléviseur.

Alors que Nadal et Djokovic se rendaient coup pour coup après plus de trois heures trente sur la terre battue, Marc Maury, le speaker de Roland-Garros a fait son apparition au bord du court, micro en main, à 22h40. Le public, qui s’attendait à ce qu’on lui demande de quitter l’enceinte, a alors commencé à siffler en manifestant sa colère contre les organisateurs. Les «Forget démission !», «on s’en ira pas !», déjà entendus deux jours auparavant lorsque la direction du tournoi avait imposé le huis clos au cours de la partie opposant Djokovic à Berrettini, ont fleuri dans l’immense enceinte de 15.000 places.

« Forget président, Forget président ! »

Le public de Roland-Garros

La bronca a couvert les premiers mots de Marc Maury qui a dû s’y prendre à trois fois pour se faire entendre et annoncer finalement l’excellente nouvelle. «En accord avec les autorités nationales, le match va pouvoir aller en son terme en votre présence est autorisé à rester», a lâché la voix emblématique des Internationaux de France. L’annonce, complètement inattendue, a été accueillie par une ovation des quelques milliers de spectateurs aux anges. Oubliés les quolibets, une partie du public s’est mis à scander d’une seule voix : «Merci Macron, merci Macron !» alors qu’une autre se lançait dans un nom moins élogieux «Forget (Guy Forget est directeur du tournoi, NDLR) président, Forget président !»

Cette faveur venue de l’Élysée, a permis aux spectateurs d’assister jusqu’au bout de la nuit et dans une ambiance survoltée, au dénouement d’une exceptionnelle partie entre les deux géants de la petite balle jaune.

«Je voudrais remercier l’Élysée et Matignon de nous permettre d’aller au bout de ce suspense incroyable, de ce match de légende» a déclaré Gilles Moretton, le président de la Fédération française de tennis (FFT) au micro de France Télévisions. «Je pense qu’il fallait aller au bout avec des spectateurs, des joueurs qui vont donner le maximum et un spectacle d’une immense qualité», a terminé le nouveau patron du tennis français, lui aussi comblé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *