Scan Sport – Ogier, Medvedev, Hamilton… nos tops et nos flops du week-end sport

SPORT

TOPS

Sébastien Ogier, l’imperturbable
Note : 9/10

Si le rallye de Sardaigne n’a pas manqué de rebondissements en ayant notamment raison des Hyundai d’Ott Tanak et de Dani Sordo, Sébastien Ogier, lui, a eu le talent de rester en dehors des soucis. Pour décrocher au final sa 52e victoire en carrière en WRC – la 4e terre sarde -, ajoutant même deux points lors de l’ultime power stage. Le septuple champion du monde français, passé en tête samedi après l’arrêt de Tänak dans l’ES12, creuse un peu l’écart sur Elfyn, son dauphin en Sardaigne et au championnat du monde : 106 points à 95, soit 11 points d’avance sur son jeune coéquipier. À 37 ans, Ogier est plus que jamais le patron du WRC, dans la meilleure écurie actuelle, mais il a déjà expliqué plusieurs fois que 2021 était sa dernière saison complète, consacrée à la conquête d’un 8e titre mondial. Il a déjà gagné trois fois cette saison, au Monte-Carlo, en Croatie et donc en Sardaigne, mais n’est pas intéressé par le record de Sébastien Loeb (9 couronnes) car il souhaite se reconvertir en circuit et passer plus de temps avec sa famille.

Lisa Barbelin, en plein dans le mille
Note : 8/10 

Lisa Barbelin est devenue championne d’Europe de tir à l’arc dimanche à Antalya (Turquie), conclusion d’une semaine parfaite où elle a décroché son billet pour les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). La jeune archère, 21 ans, a facilement battu en finale la Bélarusse Karyna Dziominskaya (6-0) et devient la première française à remporter le titre continental en arc classique (olympique) depuis Bérengère Schuh en 2008. La Slovaque Denisa Barankova, en bronze, complète ce podium européen. La main sur le coeur, les yeux fermés durant la Marseillaise, la Française a savouré son premier grand titre après avoir confié son émotion. «Je suis très heureuse. C’était une finale incroyable. J’ai pris ce match comme un nouveau match (après la qualification olympique). Je suis très fière», a-t-elle réagi au micro des organisateurs. Barbelin, numéro 8 mondiale, avait obtenu le quota olympique vendredi grâce à son succès en quarts contre Denisa Barankova (6-2). Avec ces récentes performances, Barbelin confirme sa très bonne forme du moment après sa victoire au Grand Prix de Porec en mars et sa deuxième place à celui d’Antalya en avril.

Le sourire et le talent de Medvedev
Note : 7/10

Le Russe se disait allergique à la terre. Le discours est en train de changer durant ce Roland-Garros. Le numéro 2 mondial n’avait ainsi jamais franchi un tour Porte d’Auteuil en quatre participations. Il vient d’enchaîner quatre victoires avec l’art et la manière. Il a notamment puni dimanche en 8e de finale le Chilien Christian Garin, un vrai terrien, 23e mondial (6-2, 6-1, 7-5), qui avait pourtant battu ce même Medvedev à Madrid, il y a quelques semaines. Place désormais à Stefanos Tsitsipas en quarts de finale mardi, pour un choc qui promet. Et le Russe francophone, entrainé par un coach français, d’annoncer au public : «Ça va être un très gros match, on s’est joué en demi‐finales en Australie, on a une petite rivalité, mais j’espère que le public français sera de mon côté et que ça va beaucoup m’aider et se dire : « ok, il parle français, il est sympa… aller on est pour lui (rires) ». Après avoir triomphé à Bercy en novembre dernier, Medvedev poursuit son opération séduction Porte d’Auteuil. Rafraîchissant.

FLOPS

Serena Williams court toujours après son 24e titre
Note : 4/10

On pensait qu’elle allait profiter des retraits précoces de Naomi Osaka et Ashleigh Barty, deux des grandes favorites du tableau féminin, pour tenter d’aller chercher un 24e sacre en Grand Chelem. C’est raté. L’Américaine a échoué dans sa quête, mise au tapis dès les 8es de finale, par l’une de ses fans, la jeune Kazakhe Elena Rybakina, tête de série n°21. L’inusable cadette des sœurs Williams, âgée de 39 ans, n’a plus inscrit son nom au palmarès de l’un des quatre tournois majeurs depuis 2017 (US Open). Malheureusement, le poids des mois qui passent l’éloigne toujours un peu plus d’une nouvelle couronne sur le circuit féminin. Le tournoi de Wimbledon (28 juin-11 juillet), qui reste son terrain de jeu favori avec l’US Open (7 victoires) se profile à l’horizon pour lui permettre de compléter enfin sa formidable collection.  

LIRE AUSSI – Roland-Garros : Pourquoi Federer a fait faux bond avant son 8e de finale

Fabio Quartararo, une rétrogadation qui pourrait coûter cher en fin de saison
Note : 3/10

En pole pour la cinquième course consécutive, Fabio Quartararo était le grandissime favori du Grand Prix de Catalogne, où il avait connu son tout premier podium dans la catégorie reine (2e en 2019) et surtout la victoire l’an passé. Mais hormis son départ presque parfait, rien ne s’est passé comme prévu pour le Niçois, redescendu à la 6e place dès le premier tour. Avec son aisance et sa témérité, le pilote Yamaha a fini par faire son retard jusqu’à dépasser Miguel Oliveira (KTM, vainqueur) avant de re-perdre sa position, puis d’etre doublé par son compatriote Johann Zarco (Ducati-Pramac). Surtout, le leader du championnat du monde dû abandonner sa place sur le podium en étant pénalisé de trois secondes pour avoir coupé un virage de façon irrégulière. Mais au lieu de la 4e place, Quartararo repart de Catalogne avec les 10 points de la 6e place, la faute à une rétrogradation pour avoir terminé le GP «sans sa combinaison en cuir correctement attachée et sans le plastron requis», à savoir torse nu

LIRE AUSSI – MotoGP : Zarco y était presque, Quartararo au pied du podium
LIRE AUSSI – Perez vainqueur, Gasly 3e, Verstappen et Hamilton KO… Le GP d’Azerbaïdjan aura été fou 

Hamilton à la faute
Note : 2/10

Septième à Monaco, la réaction du septuple champion du monde était attendue. Largué une grande partie du week-end, le Britannique avait trouvé des réglages miracles samedi matin et cela lui avait permis d’accrocher la deuxième place en qualifications. Inespéré. Comme le fait de voir Verstappen, leader, finir sa course dans le mur à trois tours de la fin. Alors deuxième, Lewis Hamilton avait une opportunité en or au championnat. Lui-même répétait à son équipe avant le second départ arrêté : « la saison est un marathon ». Sous-entendu, pas besoin de prendre de risques au restart, la situation comptable est déjà excellente. Mais LH44 a parfaitement réussi son départ et a attaqué Perez au virage 1. Une erreur puisqu »il a tiré tout droit et perdu tous ses espoirs. A l’arrivée, il finit 15e et ne profite pas de l’accident de Max Verstappen. Un tournant de la saison ?

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *