Sfax : La LTDH déplore les abus des policiers à l’encontre des «non-jeûneurs»

societe Tunisie


28 Partages

Jeûner est censé être un acte spirituel entre l’individu et le dieu auquel il croit. Mais en Tunisie, n’importe qui peut se permettre de s’en mêler sous prétexte que le fait de manger en public offense la sensibilité des jeûneurs. Un argument puéril, qui reflète le conservatisme maladif de la société, et qui est malheureusement encore adopté par l’État.

Dans un communiqué rendu public hier, mercredi 28 avril 2021, la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) a déploré le harcèlement de la police, à Sfax, à l’encontre de citoyens se trouvant dans un café ouvert pendant le jour du ramadan.

Selon l’organisation, les forces de l’ordre ont fait une descente à ce café et ont fait sortir tous les clients qui s’y trouvaient pour les aligner dans la rue et les humilier au vu des passants. Il va sans dire que même les criminels ne doivent pas subir un agissements pareil dans un pays qui se respecte.

On notera donc qu’en l’occurrence, ce n’est même pas l’acte de manger en public qui dérange, et que même les personnes obligées de «se cacher» dans un café pour manger sont persécutées.

Quant au propriétaire du café, il a été agressé par les policiers et emmené de force au poste de police, où c’est lui qui a été accusé d’outrage à un agent public, indique le communiqué.

La LTDH a, par ailleurs, appelé le ministère public à engager les procédures légales nécessaires à l’encontre des agresseurs et à protéger les citoyens, regrettant l’impunité dont jouissent continuellement les policiers. Elle a également appelé les autorités à protéger la liberté de conscience et de croyance, garanties par la constitution, en évitant toute remise en question les concernant.

Cherif Ben Younès



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *