Tennis – Roland-Garros – Federer, Williams, Tsonga : cinq raisons de suivre Roland-Garros ce lundi

SPORT

Federer de retour sur terre

Pour le plus grand plaisir du public parisien, le Suisse, bientôt âgé de 40 ans, est de retour à Roland-Garros, deux ans après sa défaite en demi-finale face à Nadal. Sans pression et sans vraiment d’ambition affichée : «L’objectif, ce n’est pas Roland-Garros, c’est la saison sur herbe». Battu au premier tour de Genève pour son troisième match de l’année après son retour à Doha mi-mars (défaites en quarts), l’homme aux vingt titres du Grand Chelem manque encore de rythme. Le tirage au sort l’a placé dans la même moitié de tableau que ses deux grands rivaux Rafael Nadal et Novak Djokovic, mais pour lui l’essentiel est surtout de retrouver de la confiance. Face à l’Ouzbek Denis Istonim (203e mondial et issu des qualifications), le lauréat de l’édition 2009 a une bonne occasion de retrouver des repères et des automatismes, avant d’espérer voir plus loin.

Medvedev en danger d’entrée

Daniil Medvedev, nouveau dauphin de Novak Djokovic n’aime pas la terre battue. Et il ne s’en cache pas. C’est d’ailleurs le seul membre de ce Top 8 à ne jamais avoir gagné le moindre match du côté de la Porte d’Auteuil, stoppé à quatre reprises au premier tour, dont trois fois contre des Français : Benjamin Bonzi en 2017, Lucas Pouille en 2018 et Pierre-Hugues Herbert en 2019. Et pour rompre la malédiction Porte d’Auteuil, le Russe va devoir se coltiner lundi sur le Chatrier le fantasque et talentueux Alexander Bublick. Malgré des résultats encore très décevants sur ocre en amont du tournoi (une victoires, trois défaites), le finaliste du dernier Open d’Australie, se veut positif : «Je pense que je vais faire un très bon tournoi. Je me sens très bien. Je ne sais pas si la balle a changé, ou si les conditions ont changé, parce que l’année dernière, on avait des balles qui n’étaient pas appropriées au climat.» Début de réponse ce lundi.

Serena reine de la nuit

C’est la légende aux 23 titres du Grand Chelem, qui aura l’honneur de disputer la première session nocturne à Roland-Garros de l’histoire, lundi pour son entrée en lice tour face à Irina-Camelia Begu sur le Philippe-Chatrier, Le couvre‐feu étant encore en vigueur, la rencontre aura lieu à huis clos. Il faudra attendre le 9 juin pour que les spectateurs puissent profiter, jusqu’à 23h, de ces night‐sessions.  Éliminée au 1er tour à Rome puis en huitièmes à Parme (malgré son statut de tête de série n°1), Serena Williams n’a clairement pas montré son meilleur niveau sur terre depuis le début de saison. Dans le silence du Central, elle va tenter de se rassurer un peu pour le 17e Roland-Garros de sa carrière.

Tsonga pour faire durer le plaisir

Depuis l’hiver 2020, l’ancien numéro un français souffre d’une maladie du dos chronique. Il n’avait disputé que 2 matchs en 2020 pour 2 défaites et depuis son retour fin février 2021, le Français a perdu 4 fois en 5 matchs. Autant dire qu’il peut s’attendre à un match difficile ce lundi en fin de programme sur le Suzanne Lenglen face au Japonais Nishioka. En 2019, après une longue période d’indisponibilité, il avait su redevenir compétitif. Deux ans plus tard, la pente est plus raide : «Il y a des choses que je ne peux plus faire comme avant, confiait-t-il récemment au Figaro. C’est certain, je ne suis pas encore au niveau. Physiquement, ça va de mieux en mieux. Je pars de tellement loin, il faut dire. Ça prend un peu de temps pour revenir. La terre battue, c’est plus dur, car c’est une surface qui demande beaucoup de déplacements. Ça fait plaisir d’être de nouveau sur les courts, et, en même temps, c’est très frustrant pour moi qui ai évolué à un niveau de top 10, top 15 pendant dix ans.»  Porté par le public, Tsonga, double finaliste (2013 et 2015) va tenter de se souvenir des belles choses…

Rinderknech, le Français qui monte

Alors que le tennis français vit des heures compliquées, Arthur Rinderknech, 25 ans, fait partie des rares satisfactions tricolores de la saison. Actuel 52e de la Race, il a atteint deux quarts de finale cette saison dans des ATP 250. A Lyon, il y a deux semaines, il a notamment fait tomber le prodige Jannick Sinner, 17e mondial. Un très beau coup pour le natif de Gassin qui n’avait remporté auparavant que des rencontres sur le circuit challenger (2e division), dont un titre à Istanbul en janvier. Cet ancien pensionnaire de l’université du Texas  va tenter d’honorer son invitation de la FFT ce lundi face à l’expérimenté Marin Cilic, lauréat de l’US Open 2014 et ancien numéro 3 mondial mais dans le dur ces derniers mois. De quoi envisager un petit exploit sur le Simonne Mathieu.

Le programme, ce lundi (à partir de 11h).
Court Philippe Chatrier : Juvan (Slo)-Swiatek (Pol, 8)  ;Bublik (Kaz)-Medvedev (Rus, 2) ; Istomin (Ouz)-Federer (Sui, 8) ; S. Williams (E-U, 7)-Begu (Jap).
Court Suzanne Lenglen : Sinner (Ita, 18)-Herbert (Fra) ; Siegemund (All)-Garcia (Fra) ; Kenin (E-U, 4)-Ostapenko (Let) ; Tsonga (Fra)-Nishioka (Jap).
Court Simonne Mathieu : Cornet (Fra)-Tan (Fra) ; Ruud (Nor, 15)-Paire (Fra) ; Cilic (Cro)-Rinderknech (Fra) ; Muguruza (Esp, 12)-Kostyuk (Ukr).

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *