Tops/Flops du GP de France: le coup parfait de Verstappen, le dimanche noir de Ferrari

SPORT

Le succès de Max Verstappen et les belles courses des McLaren et des Aston Martin mais aussi le calvaire de Ferrari et l’erreur stratégie de Mercedes, retrouvez les tops et les flops du Grand Prix de France.

Tops

Verstappen, le coup parfait

Une qualification gérée en maître le samedi, une stratégie excellente de son équipe et un pilotage de grande classe en course le dimanche, Max Verstappen a mis tous les ingrédients pour décrocher son troisième succès de la saison au Grand Prix de France. Il envoie un sérieux message à son rival Lewis Hamilton, dépassé dans l’avant-dernier tour, puisque dorénavant il possède douze points d’avance au championnat du monde des pilotes (131 points pour Verstappen contre 119 pour Hamilton).

McLaren troisième force

Gros résultat pour McLaren. Lando Norris, cinquième, et Daniel Ricciardo, sixième, la marque anglaise s’est affirmée comme la troisième force du plateau, dimanche. Les deux pilotes ont inscrit de gros points et profitent du dimanche noir rencontré par Ferrari pour faire un écart au classement des constructeurs (16 points). À noter que Norris a signé son troisième top 5 d’affilée. Quatrième au classement des pilotes, le Britannique devance un certain … Valtteri Bottas.

Aston Martin, la remontée

Celle de Sebastian Vettel est moins spectaculaire mais mérite d’être notée. Partir douzième et finir neuvième n’est pas donné à tout le monde. Mais que dire de Lance Stroll ? Dix-neuvième sur la grille, le Canadien a pris une belle dixième place. Comme souvent, les Aston Martin fonctionnent mieux en course et tiennent bien les pneus. Cela leur permet de faire des premiers relais plus long que la concurrence et donc de gagner des places dans les stands ou en fin de course. Du bon travail.

Flops

Ferrari en immense difficulté avec les pneus

Avec Carlos Sainz cinquième sur la grille et Charles Leclerc septième, Ferrari avait des ambitions dimanche. Elles se sont rapidement envolées. La Scuderia n’est jamais parvenue à faire fonctionner les gommes et ses deux pilotes ont vécu un calvaire. À l’arrivée, cela fait zéro point puisque l’Espagnol a fini onzième et le Monégasque seizième. Une première cette saison pour l’écurie italienne.

La stratégie Mercedes

Plutôt habile généralement dans ce domaine, la firme allemande s’est fait surprendre par Red Bull et sa stratégie à deux arrêts pour Max Verstappen. Lewis Hamilton n’a pu lutter face à la remontée du Néerlandais et Valtteri Bottas, qui hurlait dans sa radio pour réclamer un second arrêt, s’est incliné face à Sergio Perez pour la troisième marche du podium. C’est un échec pour Mercedes qui était invaincue au Castellet depuis le retour du Grand Prix de France en 2018.

Ocon, un week-end difficile

Le Normand, tout juste prolongé chez Alpine, ne devrait pas garder un grand souvenir de son Grand Prix national. Onzième en qualifications, quatorzième dimanche, Esteban Ocon n’a jamais semblé à son aise au Castellet. Sur une série de trois courses dans les points avant Bakou, le Tricolore vient d’enchaîner deux courses sans top 10. Une réaction est attendue en Autriche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *