Tops/Flops Hongrie-Portugal : Ronaldo un peu plus dans l’Histoire, Fernando Santos trop attentiste

SPORT

Le doublé historique de Cristiano Ronaldo, le stade à guichets fermés, l’attentisme de Fernando Santos… Retrouvez les Tops et les Flops de ce match entre la Hongrie et le Portugal (0-3).

Tops

Cristiano Ronaldo, dans l’histoire
À dix minutes près, il aurait été dans les Flops. Cristiano Ronaldo a traversé cette rencontre entre «son» Portugal et la Hongrie, ce mardi à Budapest, presque comme un fantôme. Il s’est créé une grosse occasion juste avant la pause (43e), mais il n’arrivait pas à redresser la trajectoire du ballon. À part ça, on n’a pas vu le quintuple Ballon d’Or, qui a dû attendre la 87e minute pour se mettre en valeur. L’attaquant de la Juventus transformait son penalty, doublant ainsi la mise (2-0, 87e) et égalant aussi Michel Platini au nombre de buts inscrits à l’Euro (9). À peine quatre minutes plus tard, il dépassait le meneur de jeu français en inscrivant son 10e but dans cette compétition (90+2). Un beau but, lors duquel il effaçait Gulacsi avant de pousser le ballon dans les cages vides.

Adam Szalai, omniprésent
Absolument partout. Adam Szalai a été omniprésent ce mardi sur la pelouse de Budapest. Le capitaine et avant-centre de sa sélection a englouti autant de kilomètres que sa grande carcasse le permettait. Du pressing, de la compensation, des solutions offensives, l’attaquant de Mayence a montré une palette complète, qui a dégoûté les Portugais. C’est lui, bien aidé par les 60.000 spectateurs, qui a insufflé ce vent héroïque dans les rangs hongrois.

Un stade plein, enfin
Probablement le premier match de niveau international qui se joue dans un stade plein depuis plus d’un an. À Budapest, Portugais et surtout Hongrois ont envahi les travées de la Puskas Arena. Plus de 60.000 spectateurs, sans masque, se sont massés dans cette enceinte presque flambant neuve, bruyante pour l’occasion. Les locaux ont même pu déployer un magnifique tifo lors de l’entrée des 22 acteurs. Nul doute que la sélection hongroise a été portée par ce douzième homme, dont l’influence avait perdu de sa superbe ces derniers mois.

Flops

Fernando Santos, trop attentiste
Premier changement à la 71e minute. Vu l’histoire de ce match, et le banc portugais, cela ressemble à une faute professionnelle de la part du sélectionneur de la Seleçao. Embourbé en seconde période, le Portugal aurait sûrement gagné à voir les entrées de Renato Sanches ou João Félix bien plus tôt dans cette rencontre. C’est d’ailleurs Rafa Silva ; le joueur de Benfica, qui n’a encore jamais marqué avec l’équipe nationale en 22 sélections, qui était lancé en premier par Santos. Un coaching franchement étonnant, alors que son équipe a rapidement manqué d’idée et de tranchant rapidement en seconde période.

La créativité portugaise, prévisible
S’ils ont eu des opportunités en première période, les Portugais ont doucement vu Gulacsi, le portier hongrois, gagner en sérénité. Le trio Bruno Fernandes, Bernardo Silva, Diogo Jota, n’a pas vraiment fait éclater le bloc hongrois. Diogo Jota a été plutôt remuant dans le premier acte, manquant de peu l’ouverture du score, il s’est mis au diapason de ses coéquipiers et a été plus neutre en seconde mi-temps. Les mêmes schémas de passes se sont rapidement répétés et ont cessé de surprendre l’adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *