Tops/flops Turquie-Italie : Spinazzola déchaîné, une charnière turque dépassée

SPORT

L’Italie n’a fait qu’une bouchée de la Turquie lors du match d’ouverture de l’Euro 2020 (0-3). Retrouvez les tops et les flops de cette rencontre à sens unique.

Les Tops

Spinazzola dans tous les bons coups
Déchaîné dans son couloir gauche, Leonardo Spinazzola a livré une énorme prestation durant ce match d’ouverture. Le latéral transalpin, jamais inquiété défensivement, a enchaîné les montées rageuses et les centres menaçants tout au long de la rencontre. Faisant vivre au passage un véritable calvaire à Celik. Le joueur de l’AS Roma aurait même pu participer au festival offensif de son équipe sans plusieurs interventions salvatrices de Cakir.

Immobile décisif
Attendu au tournant côté italien, Ciro Immobile a bien lancé son Euro. Le buteur de la Lazio, entouré par les très actifs Insigne et Berardi, s’est particulièrement illustré en seconde période. Opportuniste pour doubler la mise, d’un plat du pied parfaitement maîtrisé, le joueur de 31 ans s’est ensuite mué en passeur décisif, en décalant parfaitement Insigne dans la surface. Du travail bien fait.

Jorginho, le maestro
Quelques jours après avoir remporté la Ligue des champions avec Chelsea, Jorginho s’est particulièrement mis en valeur ce vendredi. Plaque tournante du milieu de terrain, le joueur d’origine brésilienne a donné le ton à la récupération, tout en cassant les lignes turques grâce à sa qualité de passe vert l’avant. Son association avec Locatelli et Barella a clairement été l’un des gros points forts de la Squadra Azzura.

Les Flops

Le néant turc
Quelle déception ! Dominée de bout en bout, la Turquie n’a opposé qu’une très faible adversité aux Italiens. Aussi inoffensive, avec seulement trois tirs tentés (aucun cadré), que fébrile tout au long de la rencontre. Le 4-5-1 mis en place par Senol Gunes n’a strictement rien montré de bon, et les changements tactiques du sélectionneur turc en seconde période n’ont eu aucun effet. Terrassés sur le score de 0-3, les coéquipiers de Yilmaz devront montrer un tout autre visage mercredi face au pays de Galles.

Une charnière à la dérive
Le symbole d’un match cauchemar. Habituel patron de la défense turque, Caglar Soyuncu a complètement sombré. Le joueur de Leicester a rapidement montré des signes de fébrilité et n’a jamais su relever la tête. Approximatif et très nerveux A ses côtés, Merih Demiral a tenté de combler les brèches en première période, mais il s’est fait piéger au retour des vestiaires, en ouvrant le score d’un csc malheureux de la poitrine. Le premier but de l’Euro 2020 ne devrait pas rester dans les mémoires. Sauf la sienne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *