Tops/flops UBB-Clermont : Lucu fait la loi, l’ASM à la renverse

SPORT

Un Lucu impressionnant, une entrée décisive pour Tameifuna, mais aussi un Moala introuvable… Découvrez les tops et les flops de la rencontre entre Bordeaux et le Clermont (25-16), match comptant pour les barrages des phases finales du Top 14.

Tops

La qualification pour le nouveau venu
Pour sa première en phases finales, l’Union Bordeaux-Bègles ne s’est pas loupée. Lancés d’entrée, les Girondins donnaient le ton avec Cordero (1e), proche d’aplatir sur le premier ballon du match. Plus timorés par la suite, ils sont véritablement entrés dans leur barrage après la première pause fraîcheur (22e). Justes, précis et efficaces, les hommes de Christophe Urios ont ensuite déroulé, faisant preuve d’une envie débordante. Ils filent en demi-finale et affronteront Toulouse le week-end prochain (samedi 19 juin, 20h45).

Une ambiance électrique
Qu’il fait bon d’entendre un stade rugir. À Chaban-Delmas, terre sacrée du football français devenue hôte du rugby girondin, ce match aura permis de revoir du public, massé en tribunes et poussant derrière son équipe. Une ambiance digne de l’avant-pandémie, un stade lui aussi rendez-vous des phases finales.

Lucu porte les siens
Face à Morgan Parra, Maxime Lucu aura livré une sacrée performance. Le demi de mêlée venu de Biarritz, transcendé par la montée en Top 14 de son ancien club, a imprimé le rythme de la rencontre côté bordelais. Excellent dans l’animation, précis au pied et dans ses directives, il est l’auteur d’un match référence. Un de plus. Il sauve aussi l’essai tout fait d’Iturria à la demi-heure de jeu (31e). On notera également le bon match de son partenaire de charnière Mathieu Jalibert (7/8 au pied).

Tameifuna, coaching payant
Trois contestes gagnants, dont deux à moins de dix mètres de l’en-but bordelais. Big Ben a encore frappé. Au sein d’une équipe novice dans l’exercice des phases finales, l’expérimenté Tongien s’est rappelé au bon souvenir des phases finales, qu’il avait remporté avec le Racing 92 en 2016. Une entrée décisive, qui a mené l’UBB vers le succès.

Flops

Clermont manque le coche
L’expérience n’aura pas fait la différence. Pour l’ASM, qualifiée lors de l’ultime journée pour les phases finales, la saison compliquée prend fin. À l’image de la saison des Jaunards, il aura manqué plusieurs éléments dans la prestation clermontoise. De la vitesse, de la percussion, mais aussi du réalisme. Globalement dominé, Clermont voit sa route s’arrêter brutalement. Triste dernière pour Franck Azéma.

Moala transparent
En l’absence de Naqalevu, Clermont faisait confiance à une paire Moala-Nanai-Williams au centre. Si le second a été plutôt en vue, le premier aura vécu une soirée compliquée, ne parvenant jamais vraiment à s’illustrer. Sevré de ballons, il a, comme la quasi-totalité de ses partenaires, été incapable de franchir le rideau défensif adverse. Lors du deuxième acte, seul Raka aura trouvé des espaces pour l’ASM. À l’inverse, son vis-à-vis Lamerat a livré une prestation solide, à l’image de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *