Tsitsipas : «En dépit de la défaite, j’ai foi en mon jeu»

SPORT

Le Grec a cédé en 5 sets en finale de Roland-Garros contre Novak Djokovic. Cette première finale majeure en appelle d’autres.

Au cours de la finale de Roland-Garros, Stefanos Tsitsipas est passé par tous les sentiments. La tension d’une première finale majeure, la libération avec une entame bien maîtrisée, la douleur avec l’intervention médicale pour soulager son dos, la frustration d’un match qui lui échappe et la peine d’une défaite amère 6-7 (6/8), 2-6, 6-3, 6-2, 6-4 en 4h11. En conférence de presse, visage fermé, encore marqué par l’épilogue, le Grec (22 ans) a insisté sur le parcours et l’élan qu’il espère puiser de cette campagne. «J’ai tout essayé», se consolait-il. Extraits.

Le moment clé : «J’ai commencé à jouer court. J’ai l’impression que j’ai perdu un peu de mon rythme. Je ne sais pas pourquoi vraiment. C’était très étrange étant donné que je commençais à trouver mon rythme, mes coups, mes mouvements sur le court étaient parfaits et tout d’un coup, j’avais froid et je n’étais plus là. Cela a été difficile de réajuster mon jeu, j’ai l’impression que j’ai un peu perdu mon jeu. J’aurais voulu comprendre pourquoi c’est arrivé comme ça, et justement changer le cours des choses. J’ai essayé de trouver la réponse pendant mon jeu, mais c’était difficile, de trouver quelque chose. Malheureusement, c’est très malencontreux et très triste aussi à la fois, parce que c’était vraiment une belle occasion. Je jouais bien, je me sentais bien. J’ai perdu cette occasion de faire quelque chose encore mieux aujourd’hui.»

La première finale majeure : «Ce que j’ai appris, c’est que pour terminer un match en Grand Chelem, il faut gagner trois sets. Deux sets, cela ne veut rien dire. Je ne pense pas que je me sois laissé aller. J’ai gardé le rythme, je ne me suis pas relâché mais il est revenu, quasiment comme si c’était un nouveau joueur. Il a très bien joué, il ne m’a pas laissé d’espace.»

Le retour canon de Djokovic (après le passage au vestiaire après le 2e set) : «A son retour des vestiaires, physiquement, dans son anticipation, ses mouvements sur le court, il était plus frais qu’avant. J’avais l’impression qu’il pouvait mieux lire mon jeu tout d’un coup. Il a bien fait de faire cela.»

Les leçons du tournoi : «En dépit de ma défaite, j’ai foi en mon jeu. Je crois que je suis capable de le faire et d’arracher un titre. J’ai foi en mon jeu. Je crois que je pourrai arriver à ce niveau bientôt. J’étais tout près aujourd’hui. Avec le même comportement, la même attitude, si je n’ai pas de baisse de niveau, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas soulever le trophée.»

Le défi Djokovic au meilleur des 5 sets : «C’est une question d’endurance. Si on peut garder son niveau sur des périodes plus longues, c’est ce qu’exigent les Grands Chelems. J’ai joué deux bons sets, cela n’a pas suffi.»

Et maintenant ? : «Je suis content de la façon dont j’ai joué, la façon dont j’ai essayé des choses, même si tout n’a pas marché. Je ne pense pas avoir de regrets. Je pourrai pleurer mais je ne vois pas de raison de le faire parce que j’ai tout tenté. Je ne pouvais pas faire plus. Je vais me tourner vers la saison sur gazon, il y a des opportunités. J’aime le gazon. J’aime jouer sur gazon, même si je n’ai pas eu les meilleurs résultats ces dernières années. Je vais essayer d’adapter mon jeu à la surface. Je pense que j’ai le jeu pour bien jouer sur gazon. Je dois avoir l’esprit ouvert et adapter mon jeu à cette nouvelle et excitante surface.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *